Accéder au contenu principal
Serbie

Serbie: des ventes d'armes à l'Arabie saoudite embarrassent le gouvernement

Nebojsa Stefanovic, le ministre de l'Intérieur serbe, a démenti toute implication illégale de l’entreprise de son père, après le scandale de vente d'armes à l’Arabie saoudite.
Nebojsa Stefanovic, le ministre de l'Intérieur serbe, a démenti toute implication illégale de l’entreprise de son père, après le scandale de vente d'armes à l’Arabie saoudite. novinenovosadske

C’est un scandale bien embarrassant pour le gouvernement serbe. Une société appartenant au père du ministre de l’Intérieur aurait bénéficié de conditions privilégiées pour vendre des armes à l’Arabie saoudite.

Publicité

De notre correspondant à Belgrade, Jean-Arnaud Derens

La Serbie est toujours un gros producteur d’armes légères et les pays du monde arabe comptent parmi ses principaux clients. Or, si l’entreprise Krusik de la petite ville de Valjevo vendait des armes à l’Arabie saoudite, elle faisait bénéficier une entreprise privée de conditions avantageuses normalement réservées à l’exportateur public SDPR. Et cette entreprise privée appartient au père du ministre de l’Intérieur, Nebojsa Stefanovic.

Le scandale vient d’éclater, mais un employé de l’usine avait dénoncé ce trafic à la justice il y a déjà au moins un mois. Ce lanceur d’alerte a été arrêté dans le plus grand secret le 18 septembre dernier. C’est finalement par son avocat que l’affaire a fuité le week-end dernier, et le gouvernement a été obligé de réagir face au scandale.

Le ministre de l’Intérieur a démenti toute implication illégale de l’entreprise de son père, mais sans guère convaincre l’opinion publique. Pour faire face à la vague de critiques, le président Aleksandar Vucic est lui-même intervenu, assurant « qu’il était licite de vendre des armes à l’Arabie saoudite ». Le lanceur d’alerte, Aleksandar Obradovic a finalement été remis en liberté ce mardi soir. L’affaire est désormais entre les mains de la justice.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.