Accéder au contenu principal
Irlande du Nord

Irlande du Nord: faute d'accord au gouvernement, l'avortement de fait légalisé

Le Parlement d'Irlande du Nord, à Belfast.
Le Parlement d'Irlande du Nord, à Belfast. REUTERS/Clodagh Kilcoyne

L’avortement est décriminalisé de facto à partir de ce 22 octobre en Irlande du Nord, selon la menace du Parlement britannique, si aucun accord de gouvernement n’était trouvé au 21 octobre à minuit.

Publicité

Avec notre correspondante à Dublin, Emeline Vin

Pour la première fois depuis deux ans et demi, des députés ont siégé à l’Assemblée de Stormont, à Belfast, ce 21 octobre. Le parti unioniste du DUP espérait faire voter en urgence une loi dite de « défense des enfants à naître » pour empêcher la légalisation de l’avortement.

Pour faire voter un texte, l’Assemblée devait élire un « speaker », un président de Chambre, avec le soutien des nationalistes du Sinn Féin comme des unionistes, les deux camps traditionnels en Irlande du Nord. En moins d’une heure, les députés nationalistes, du moins ceux qui ont accepté de siéger, ont quitté la Chambre, anéantissant de fait le projet de loi.

Absence d'exécutif

Depuis près de trois ans, l'Irlande du Nord n'a pas d'exécutif, faute d’une entente entre les nationalistes du Sinn Féin et les unionistes du DUP, malgré la pression exercée par Londres. Sa « menace » entre ce 22 octobre en oeuvre : aucune femme ne peut plus être poursuivie pour avoir avorté. Autre volet, moins médiatisé : le mariage pour tous sera autorisé à partir de l’année 2020.

Pour plusieurs responsables politiques nord-irlandais, cet échec à trouver un accord sur un sujet aussi clivant que l’IVG rend encore plus incertaine la restauration rapide du pouvoir exécutif.

À lire aussi : Irlande du Nord: manifestation pour la légalisation de l’IVG à Belfast

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.