Accéder au contenu principal
Allemagne

Deux Syriens mis en accusation pour crime contre l'humanité

Cette décision ouvre la voie au premier procès au monde de responsables syriens pour les exactions commises depuis le début du conflit en 2011.
Cette décision ouvre la voie au premier procès au monde de responsables syriens pour les exactions commises depuis le début du conflit en 2011. REUTERS/Ali Hashisho

Le parquet fédéral allemand a annoncé ce mardi que deux hommes avaient été mis en accusation pour des exactions commises au début de la décennie dans un centre de détention du régime Assad.

Publicité

Avec notre correspondant à Berlin, Pascal Thibaut

C'est une décision qui ouvre la voie au tout premier procès de responsables syriens pour des exactions commises dans le pays. Deux hommes, ex-membres des services secrets de Bachar el-Assad, ont été mis en accusation pour crimes contre l’humanité en Allemagne, a annoncé mardi 29 octobre le parquet fédéral. Ils avaient été arrêtés en février dernier.

Arrivé comme réfugié 

Quatre mille personnes ont été torturées dans la prison que Answar Raslan dirigeait près de Damas entre avril 2011 et septembre 2012. Au moins 58 d’entre elles sont mortes des suites des mauvais traitements qui leur ont été infligés.

Anwar Raslan a quitté la Syrie et fait défection au régime Assad avant d’arriver en 2014 en Allemagne comme réfugié. Il a été arrêté au début de l’année. L’autre Syrien mis en accusation, Eyad al-Gharib, a quitté la Syrie est arrivé en Allemagne l’an passé.

« Un signe important »

L’arrestation de ces deux personnes et la procédure judiciaire qui a suivi ont été permises grâce aux témoignages d’autres Syriens qui ont reconnu leurs bourreaux en Allemagne. Le Centre européen pour les droits de l’homme et les libertés constitutionnelles a joué un rôle central pour soutenir ces recherches. Génocide, tortures et crimes contre l’humanité peuvent être poursuivis dans un autre pays même si les victimes et les personnes incriminées n’en sont pas des ressortissants et si leurs crimes ont été commis à l’étranger.

« La mise en accusation contre ces deux responsables constitue un signe important, notamment pour les victimes de tortures du régime Assad », affirme le secrétaire général du Centre européen, Wolfgang Kaleck dans un communiqué. L’organisation estime que le procès pour crimes contre l’humanité contre les deux Syriens pourrait s’ouvrir l’an prochain.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.