Accéder au contenu principal
Belgique / Chine

Un Chinois de l’institut Confucius de Bruxelles banni de l’espace Schengen

Le politologue Xinning Song était dans le collimateur de la Sûreté de l'État, le service de renseignements civil en Belgique, pour atteinte à la sécurité nationale.
Le politologue Xinning Song était dans le collimateur de la Sûreté de l'État, le service de renseignements civil en Belgique, pour atteinte à la sécurité nationale. DR wikipedia

On l’a appris ce mercredi 30 octobre : un universitaire chinois qui dirigeait l’institut Confucius de Bruxelles a été privé de visa par la Belgique. Et il est interdit de séjour pour huit ans dans les pays de l’espace Schengen. Xinning Song affirme qu’il est accusé d’espionnage, une accusation qu’il rejette.

Publicité

L’institut Confucius de Bruxelles avait été lancé en 2015 lors d’une cérémonie réunissant le Premier ministre belge et son homologue chinois. Quatre ans plus tard, son directeur, un habitué de la Belgique depuis 2007, est interdit de visa par Bruxelles et ne peut plus séjourner dans les 26 pays de l’espace Schengen.

Selon la presse belge, Xinning Song est accusé d’avoir servi de recruteur pour les renseignements chinois et d’avoir engagé des informateurs parmi les communautés d'étudiants et d'hommes d’affaires chinois en Belgique.

Des accusations que Xinning Song rejette catégoriquement. Dans le quotidien Hongkongais South China Morning Post, il affirme qu'en avril dernier les renseignements américains lui ont demandé de collaborer avec eux, et que son refus immédiat pourrait expliquer cette décision de la Belgique de lui retirer son visa et cette interdiction de séjourner dans l’espace Schengen, contre laquelle il fait appel.

Il existe dans le monde environ 500 instituts Confucius, chargés de diffuser la langue et la culture chinoise, sur le même modèle que les Alliances françaises. Certains ont déjà été soupçonnés, notamment en Australie et aux États-Unis, de faire la propagande du régime communiste dans les universités étrangères, ce dont Pékin s'est toujours défendu. Ces dernières années plusieurs de ces instituts ont fermé en Europe : aux Pays-Bas, en Suède et en France.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.