Accéder au contenu principal
Royaume-Uni

Élections au Royaume-Uni: Boris Johnson veut en faire un référendum pro-Brexit

Le Premier ministre britannique Boris Johnson à la Chambre des communes à Londres le 19 octobre 2019, lors d'un débat sur l'accord relatif au Brexit.
Le Premier ministre britannique Boris Johnson à la Chambre des communes à Londres le 19 octobre 2019, lors d'un débat sur l'accord relatif au Brexit. JESSICA TAYLOR / UK PARLIAMENT / AFP

Le Royaume-Uni devait quitter l'Europe ce jeudi 31 octobre. Mais le Brexit a été une nouvelle fois décalé au 31 janvier 2020. Pourtant Boris Johnson avait dit qu'il ferait sortir Londres de l'Union européenne coûte que coûte le 31 octobre. Le Premier ministre britannique a tout de même réussi à faire voter par le Parlement l'organisation d'élections législatives, le 12 décembre prochain. La campagne doit commencer le 6 novembre.

Publicité

C'est une campagne électorale risquée pour Boris Johnson qui va commencer le 6 novembre. Le Premier ministre espère bien retrouver sa majorité. « C’est pour lui le seul moyen de mener à bien son Brexit », explique Sophie Loussouarn, spécialiste de la Constitution britannique, enseignante à l'université de Picardie.

On connaît déjà le programme du Parti conservateur, mais aussi celui du Parti travailliste, qui veut un nouveau référendum sur le Brexit. « Nous nous trouvons face à deux programmes aux antipodes. Un programme libéral pour les conservateurs et un programme travailliste qui revient au dogmatisme de l’après-guerre, avec un programme de nationalisation des entreprises privées et notamment des chemins de fer, de la poste, de l’eau et de l’électricité, un programme de réduction de la semaine de travail à quatre jours, et un programme d’augmentation du revenu minimum. Cette politique conduira à l’organisation de deux référendums. Un sur le Brexit pour s’assurer de la décision des Britanniques et un sur l’Ecosse », analyse cette spécialiste.

En tête dans les sondages, Boris Johnson l'a admis devant des élus conservateurs : « Ce sera une élection difficile. » En 2017, l'ex-Première ministre Theresa May, promise par les sondages à une large victoire, avait finalement perdu des sièges.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.