Accéder au contenu principal
Allemagne

Trente ans de la chute du mur: Berlin entame une semaine de commémorations

Des passants devant les vestiges du mur de Berlin le 4 novembre 2019.
Des passants devant les vestiges du mur de Berlin le 4 novembre 2019. REUTERS/Fabrizio Bensch

Il y a trente ans, le 9 novembre 1989, le mur de Berlin tombait et l'Allemagne divisée allait en moins d'un an être réunifiée. L'événement donne lieu dans la capitale allemande à une semaine de commémorations qui a été lancée lundi soir pour culminer samedi, à la date anniversaire de la chute du mur.

Publicité

De notre correspondant à Berlin

Il a commencé lundi soir sur Alexanderplatz, là même où 30 ans plus tôt la plus grande manifestation non organisée par le régime est-allemand eut lieu à l’initiative des milieux culturels. Cet énorme rassemblement, entre 500 000 et un million de personnes, est passé à l’arrière-plan écrasé par la chute du mur cinq jours plus tard. Des écrivains connus comme Christa Wolf ou Stefan Heym y avaient pris la parole, mais aussi l’ancien chef du contre-espionnage Markus Wolf dûment sifflé. Beaucoup d’orateurs plaidaient pour une RDA réformée et pour un socialisme à visage humain. Les slogans étaient souvent drôles et incisifs.

Plus de 200 manifestations à travers Berlin pour les commémorations

« Il y a trente ans, quelque chose d’inédit dans l’histoire s’est produit. Un peuple s’est levé sans effusion de sang », a estimé le maire de Berlin en ouvrant cette semaine de commémorations. Sur les deux bâtiments ayant survécu à la guerre sur Alexanderplatz, une installation vidéo rappelait les séquences clés de l’époque. Ensuite le groupe de théâtre « cuirassé chaperon rouge » (du nom d’une marque de mousseux de l’ex-RDA) a mis en scène cette manifestation du 4 novembre 89 en rappelant les pages noires des trente dernières années comme les manifestations et autres pogroms xénophobes.

Il y aura plus de 200 manifestations à travers la ville. Cette année, un concept plus décentralisé a été choisi avec sept endroits symboliques de cette époque comme Alexanderplatz, le siège de la Stasi, la police politique est-allemande, une Église où se rassemblait l’opposition au régime. Des installations vidéo, des films, des discussions avec des témoins, des concerts sont prévus.

Concert géant et présence de dirigeants d'Europe centrale

Le point d’orgue des commémorations aura lieu samedi 9 novembre. Une cérémonie de recueillement aura lieu le matin au mémorial du mur avec des représentants des pays d’Europe centrale pour lesquels également l’année 89 a constitué un tournant historique. Et en fin d’après-midi, un concert géant se tiendra au pied de la porte de Brandebourg, symbole de la division et ensuite de l’unité allemande. Des artistes de l’Est d’hier et d’aujourd’hui s’y produiront avec là aussi des installations vidéo avec rappels historiques. Autre installation « Visions in motion », une sorte de tapis volant de 150 mètres de long au-dessus de la foule fait de petits morceaux de papier sur lesquels 30 000 personnes ont ces derniers mois inscrits leurs idées ou leurs espoirs pour le futur.

Trente ans après la chute du mur, cet événement reste central pour les Allemands. L’émotion et l’euphorie de l’époque ont cependant laissé la place à des bilans personnels ou plus généraux parfois en demi-teinte. D’où l’idée aussi de comm"morations cette année moins pompeuses. Un sondage publié lundi montrait que 87% des Berlinois se réjouissent que le mur soit tombé. 8% le regrettent. En septembre, une autre étude montrait que six Berlinois sur dix considéraient toujours les traces de la division perceptibles aujourd’hui. La réunification est saluée par les deux tiers des Allemands dans un autre sondage mais un tiers à l’Est tire un bilan plus mitigé des trois dernières décennies. Les transformations radicales de l’économie dans l’ex-RDA dans les années 90 et un chômage très élevé ont laissé des traces mais aussi le sentiment chez un certain nombre d’Est-Allemands d’être considérés comme des citoyens de seconde zone.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.