Accéder au contenu principal
Géorgie

[Reportage] Géorgie: les manifestants veulent empêcher les travaux du Parlement

Des manifestants de l’opposition manifestaient ce lundi 25 novembre 2019 à Tbilissi.
Des manifestants de l’opposition manifestaient ce lundi 25 novembre 2019 à Tbilissi. REUTERS/Irakli Gedenidze

L’opposition occupe les accès du Parlement à l’issue d’une nouvelle manifestation dans les rues de Tbilissi. Plusieurs milliers de manifestants veulent empêcher le Parlement de fonctionner normalement pour protester contre le gouvernement qui s’était engagé à modifier la loi électorale avant d’y renoncer.

Publicité

Avec notre envoyé spécial à Tbilissi, Daniel Vallot

Au-dessus du cortège,  les couleurs rouges et blanches du drapeau géorgien côtoient celles du drapeau européen. Dans la foule, on exige le départ du gouvernement actuel et l’organisation d’élections anticipées. À l’origine de cette nouvelle mobilisation, l’abandon d’une réforme électorale que le pouvoir en place avait pourtant promis d’instaurer. 

« Ce pouvoir a construit un mur entre lui et la société. Il refuse tout compromis, il a trahi sa promesse de réformer le système électoral et aujourd’hui, il exerce un contrôle absolu sur la justice et sur le Parlement », dénonce une manifestante.

Bloquer l'entrée du Parlement

Les manifestants s’inquiètent de voir le gouvernement actuel s’accrocher au pouvoir au prix, disent-ils, d’une restriction des libertés publiques à l’image de ce qui s’est passé en Russie ces dernières années.

« Ils vont essayer de restreindre la loi et nos droits et à la fin on va se retrouver comme en Russie où il sera difficile de s’enregistrer comme parti politique, il sera difficile de participer aux élections, s’inquiète un manifestant. Il y aura des barrières à franchir, on ne mérite pas ça ! Notre culture, notre littérature, notre folklore, notre danse, tout dit ça ! Tout dit que le peuple géorgien ne peut pas supporter la pression ».

L’opposition n’a pas le soutien du peuple. Ce sont des groupes de militants, les mêmes que ceux qui ont fait la révolution de 2003. Ils sont bien organisés, mais ils n’ont pas de soutien populaire. Depuis le 20 juin, ils n’ont jamais réussi à mobiliser plus de 7000 personnes dans la rue ! Et ils n’auront pas assez de monde pour bloquer le Parlement.

À l’issue de la manifestation, les militants de l’opposition se déploient devant les entrées du Parlement. Leur objectif est d'empêcher les députés de participer à la session parlementaire qui doit débuter ce mardi. Une stratégie de tension qui pourrait entraîner de nouvelles arrestations.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.