Accéder au contenu principal
Albanie

Séisme en Albanie: la corruption dans les constructions pointée du doigt

Un habitant de Durrës constate les dégâts dans sa maison après le séisme.
Un habitant de Durrës constate les dégâts dans sa maison après le séisme. REUTERS/Florion Goga

Dix jours après le violent séisme qui a fait 51 victimes et plus de 2 000 blessés, l'heure est à la recherche des responsabilités en Albanie. Alors que le pays est situé dans une zone à forte activité sismique, la bétonisation effrénée de la côte et le laxisme des autorités sont fortement critiqués.

Publicité

Reportage à Durrës, Louis Seiller

Dans la station balnéaire de Durrës, des centaines de constructions récentes ont été fortement endommagées. Des palmiers recouverts de poussière, des camions-benne en file indienne, le front de mer de Durrës ressemble aujourd'hui à une vaste zone de chantier.

Le téléphone à la main, Eron fait les cent pas. Comme des dizaines de milliers d'Albanais, il a émigré en Grèce au début des années 90. A Durrës, il a investi plus de 100 000 euros dans un immeuble aujourd'hui inhabitable. « Tout le temps et le sang que j'ai donnés ces trente dernières années, c'est dans cet immeuble-là que je les ai investis. Un appartement et un magasin, pour garantir l'avenir de mes enfants. Et maintenant, le propriétaire ne répond plus », se désolé Eron.

Enquête sur les 60 entreprises de construction

Un peu plus loin, à la porte d'un autre immeuble fortement endommagé, Kristo Dozi ne décolère pas. Ce retraité de 72 ans ne sait pas s'il va pouvoir retourner chez lui. « Selon la loi, à Durrës et à Tirana, il ne faut pas construire plus de quatre étages. Mais mon immeuble, on lui a donné un permis pour treize étages ! Les autorités ont tout vu, pourquoi elles ont autorisé sa construction ? »

Situés tout près de la plage, beaucoup d'immeubles de Durrës ont été construits sans permis. Aujourd'hui, des centaines d'entre eux sont inhabitables. Pour l'analyste politique, Neritan Sejamini, les constructions illégales et l'absence de plan d'urbanisme sont un véritable problème en Albanie : « Quelqu'un reçoit de l'argent pour fermer les yeux, pour légaliser quelque chose qui n'aurait pas dû être légalisée. A Durrës, on ne voit pas seulement la faible qualité des immeubles. Derrière toutes ces constructions, il y a un acte de corruption. »

Les secours à l'oeuvre à Durrës, en Albanie, le 27 novembre 2019.
Les secours à l'oeuvre à Durrës, en Albanie, le 27 novembre 2019. REUTERS/Florion Goga

Destructions de 300 habitations

Le Premier ministre albanais, Edi Rama a annoncé que des enquêtes étaient en cours pour déterminer les responsabilités de 60 entreprises de Durrës actives dans le secteur de la construction.

Meurtrier, le séisme du 26 novembre a fait de nombreux dégâts. Dans toute la région, des centaines de logements sont inhabitables. Pour la seule ville de Durrës, les autorités ont annoncé la destruction de près de 300 habitations.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.