Accéder au contenu principal
Russie

Dopage: la Russie menacée de sanctions avant les Jeux olympiques de Tokyo

Au siège du Comité olympique russe.
Au siège du Comité olympique russe. REUTERS/Maxim Shemetov/File Photo

C’est un nouveau cataclysme qui menace les sportifs russes. Accusées d’avoir falsifiée des données sur le dopage, les institutions sportives de Russie pourraient de nouveau être exclues des compétitions internationales. L’agence mondiale antidopage doit rendre son verdict ce lundi 9 décembre à Lausanne.

Publicité

Avec notre correspondant à Moscou, Daniel Vallot

Ambiance des mauvais jours au siège du Comité olympique russe. Dans les couloirs, on s'inquiète d'une nouvelle exclusion de la Russie : une véritable catastrophe, à l’approche des Jeux de Tokyo. « Nos boxeurs n’iront pas aux Jeux s’ils doivent renoncer au drapeau et à l’hymne russes, annonce Umar Kremlev, patron de la Fédération russe de boxe. D’ailleurs ils me l’ont dit : ils préfèrent rejoindre la boxe professionnelle, où en plus ils pourront gagner de l’argent, plutôt que d’aller se battre pour rien. »

« Complot » contre la Russie

Plus de sept ans après les Jeux de Sotchi, la Russie est de nouveau accusée d’avoir falsifiée des données sur le dopage. Pour Umar Kremlov, l’Agence mondiale antidopage aurait tort, cependant, de sanctionner l’ensemble des sportifs de son pays.

« Pour moi ce sont les dirigeants des fédérations concernées par le dopage qui sont en tort, dénonce-t-il. Ce sont eux qu’il faut punir et pas les sportifs qui sont restés propres ! Je pense également que la communauté sportive internationale a tort d’accuser un pays ou un autre car le dopage concerne tous les pays, pas seulement la Russie. »

Cet argument est également avancé par le gouvernement russe, qui voit dans ces nouvelles accusations un « complot » contre la Russie. Mais cette ligne de défense est battue en brèche par un acteur de poids : le patron de l’antidopage en Russie. Pour Iouri Gannous, il y a bien eu manipulation des données : des manipulations orchestrées, selon lui, pour protéger certains sportifs et leurs entraîneurs.

►À lire aussi : La Russie doit agir contre « le problème inadmissible » du dopage, selon Dmitri Medvedev

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.