Accéder au contenu principal
Russie

La Russie suspendue des JO, Moscou dénonce une «hystérie anti-russe»

Le Premier ministre russe Dmitri Medvedev a critiqué les sanctions prises contre la Russie.
Le Premier ministre russe Dmitri Medvedev a critiqué les sanctions prises contre la Russie. Sputnik/Dmitry Astakhov/Pool via REUTERS

La décision de l'Agence mondiale antidopage (AMA) d'exclure la Russie des Jeux olympiques pour quatre ans et de la Coupe du monde de football 2022 était attendue, mais elle a tout de même suscité la stupeur et la consternation à Moscou.

Publicité

Avec notre correspondant à Moscou, Daniel Vallot

C’est un nouveau coup de massue pour la Russie qui pensait en avoir fini avec ces accusations de dopage, avec cette mise au ban de la communauté sportive internationale. C’était sans compter ces nouvelles manipulations, cette fois sur une base de données qui devait être remise à l’Agence mondiale antidopage, après que des centaines de noms en ont été effacées.

Le patron de l’antidopage russe, Iouri Ganous, a lui-même déclaré que des responsables de son pays étaient derrière ses manipulations. Il demande aux autorités de son pays de reconnaître les faits et d’ouvrir une enquête. « Il y a eu des manipulations, et une partie des données a été supprimée juste avant leur transmission à l’agence mondiale anti-dopage. Il faut se demander QUI a été mêlé à cela. Nous avons un président, et nous attendons de lui des mesures concrètes soient prises. »  

Mais il est bien le seul. Au sommet de l’État, on reste sur la ligne adoptée depuis que ce scandale de dopage a éclaté : certes il y a du dopage en Russie, mais il y en a dans d’autres pays, et cette mise au ban est une sorte de complot ourdi contre les sportifs russes pour les écarter des compétitions. C’est ce qu’a redit ce lundi le Premier ministre russe Dmitri Medvedev.

« Il est évident qu’il y a encore du dopage en Russie mais d’un autre côté ces décisions se répètent contre des sportifs qui ont déjà été punis. Et l’on ne peut pas s’empêcher de penser que c’est la conséquence de cette hysterie anti-russe qui est devenue chronique. »

Selon toute vraisemblance, la Russie fera appel de cette décision, mais Iouri Ganous, très pessimiste sur la question, a déclaré qu’il n’y avait quasiment aucune chance de voir ces sanctions annulées. Le patron de l’antidopage russe réclame aux autorités une enquête sur les manipulations de données à l’origine de ces sanctions, et demande solennellement à Vladimir Poutine d’intervenir directement pour en finir avec une affaire qui continue d’empoisonner le sport russe, plus de cinq ans après les Jeux de Sotchi.

Il y a toutes les raisons de croire que cette décision est motivée non pas par une inquiétude pour un sport mondial propre, mais qu'elle est politiquement motivée et qu’elle n’a rien à voir avec le sport et le mouvement olympique.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.