Accéder au contenu principal
Royaume-Uni

Royaume-Uni: la défaite du Labour sonne-t-elle la fin du Corbynisme?

Le chef du parti travailliste de l'opposition britannique, Jeremy Corbyn, sortant de son domicile, au lendemain de sa défaite, le 13 décembre 2019.
Le chef du parti travailliste de l'opposition britannique, Jeremy Corbyn, sortant de son domicile, au lendemain de sa défaite, le 13 décembre 2019. REUTERS/Tom Nicholson

Tandis que le parti conservateur savoure sa victoire écrasante lors des législatives de jeudi, le parti travailliste, lui, est encore sous le choc d’un échec historique retentissant. Nombre de députés et électeurs Labour s’en prennent violemment et publiquement à Jeremy Corbyn et veulent le voir démissionner au plus vite.

Publicité

Avec notre correspondante à Londres, Muriel Delcroix

Jeremy Corbyn a beau défendre bec et ongles sa stratégie de campagne, sa neutralité sur le Brexit et son programme politique à gauche toute, le concert de récriminations contre lui s’intensifie au sein de son propre camp. Pour ses détracteurs, Jeremy Corbyn et son mouvement Momentum sont entièrement responsables de ce marasme.

Le travailliste Wes Streeting est d’ailleurs formel : pour ce député d’une circonscription du nord de Londres et l’un des rescapés du scrutin, cette lourde défaite doit sonner la fin du Corbynisme.

« Ils avaient tout ce qu’ils voulaient pour cette élection : ils avaient le dirigeant qu’ils voulaient, le programme qu’ils voulaient, ils avaient même la politique sur le Brexit qu’ils voulaient. La seule chose qui leur manquait et qu’ils ne pouvaient pas contrôler, c’était l’électorat, a-t-il déclaré. Et le parti travailliste vient encore une fois d’apprendre à ses dépens que le type de politique d’extrême gauche que nous avons proposé à ce pays ne passe pas auprès des électeurs. Il nous faut proposer une politique de centre gauche à même de gagner la confiance du pays pour nous permettre de gouverner. »

L’heure est à l’introspection au sein d’un Labour très divisé et qui va mettre du temps à panser ses plaies. Car si Jeremy Corbyn entend rester aux commandes le temps d’assurer sa succession et faire survivre son mouvement très à gauche, une bonne partie de ses députés vont tout faire pour ramener le parti au centre de l’échiquier politique, seule façon selon eux d’assurer l’avenir de leur formation.

À lire aussi : Législatives au Royaume-Uni: Boris Johnson remporte une large majorité

 

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.