Accéder au contenu principal
Turquie

Turquie: Osman Kavala voit sa peine à nouveau allongée après un quatrième procès

Affiche représentant l'homme d'affaires et philanthrope emprisonné, Osman Kavala, lors d'une conférence de presse de ses avocats, le 31 octobre 2018. Osman Kavala a été arrêté il y a un an par les autorités turques et doit encore être accusé.
Affiche représentant l'homme d'affaires et philanthrope emprisonné, Osman Kavala, lors d'une conférence de presse de ses avocats, le 31 octobre 2018. Osman Kavala a été arrêté il y a un an par les autorités turques et doit encore être accusé. AFP/Ozan Kose

Osman Kavala, un riche homme d’affaires, était jugé pour la quatrième fois ce 24 décembre, accusé d’avoir organisé la révolte de Gezi, qui a soulevé la Turquie en 2013. Après plus de deux ans de prison, sa peine a de nouveau été prolongée.

Publicité

Avec notre correspondante à Istanbul, Cerise Sudry-Le Dû

À la sortie du tribunal, les visages étaient fermés. Pour la quatrième fois, les soutiens d’Osman Kavala avaient fait le déplacement pour entendre la même sentence. Au terme d’une audience express, l'homme d'affaires turc a été condamné ce 24 décembre à rester derrière les barreaux. Cela fait maintenant déjà depuis plus de deux ans qu’il est emprisonné.

« Il n’y a plus de justice ici »

Mais cette fois, la décision de la Cour européenne des droits de l’homme avait donné encore plus d’espoir. Il y a un mois, celle-ci avait estimé que la détention de l’homme d’affaires turc n’était pas fondée.

Emma Sinclair-Webb, de l’association Human Rights Watch, reste sonnée par le verdict. « La Cour européenne dit aussi que cette décision n’est motivée que par des considérations politiques, déclare-t-elle. Mais le fait que la Turquie l’ignore complètement montre vraiment qu’il n’y a plus de justice ici ».

►À lire aussi : Turquie : un procureur requiert la prison à vie contre l’homme d’affaires Kavala

Comme à chaque procès, les Européens avaient fait le déplacement en nombre et les couloirs de ce tribunal démesuré, construit au sein même de la prison de Silivri, dans la banlieue d’Istanbul, ont résonné de plusieurs langues.

Sergey Lagodinsky, député européen, a fait spécialement le déplacement depuis l’Allemagne. « Plusieurs pays européens sont venus, des membres du Parlement européen sont venus, et ce, quelles que soient les conditions, explique-t-il. Il était important d’envoyer un message et ce message est très clair : la Turquie appartient à l’Europe. La Turquie partage des valeurs européennes ainsi que l’état de droit européen. Nous devons cela à la société turque. Et malheureusement, ça n’a pas été mis en œuvre aujourd’hui. »

L’audience, prévue pour durer deux jours, ne s’est finalement étalée que sur quelques heures. Avant de regagner sa cellule, solidement encadré par les policiers, Osman Kavala a été longuement applaudi.

► (Ré)écouter : Osman Kavala, philanthrope écroué depuis un an

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.