Accéder au contenu principal
Italie

Italie: le ministre de l’Éducation démissionne faute d’un budget suffisant

Le ministre démissionnaire de l'Éducation italien Lorenzo Fioramonti en novembre 2019 à Rome en Italie.
Le ministre démissionnaire de l'Éducation italien Lorenzo Fioramonti en novembre 2019 à Rome en Italie. REUTERS/Remo Casilli

Le ministre italien de l’Éducation, Lorenzo Fioramonti, membre du Mouvement 5 étoiles, qui partage le pouvoir avec le Parti démocrate, a annoncé sa démission, car il n’a pas obtenu les fonds nécessaires, selon lui, pour améliorer le fonctionnement des établissements scolaires et universitaires.

Publicité

Ce n’est pas au Père Noël que Lorenzo Fioramonti a adressé une lettre, mais au président du Conseil, Giuseppe Conte. Dans cette lettre, il lui annonce qu’il jette l’éponge, car, rapporte notre correspondante à Rome, Anne Le Nir, le gouvernement a manqué de courage en refusant d’allouer 3 milliards d’euros pour les écoles et les universités. La somme prévue par la loi de budget 2020 se limite à peine 2 milliards.

Changer la tendance ou partir

Ce qui pourrait remettre en cause l’un des projets phares de Lorenzo Fioramonti. Ardent défenseur de la cause verte, il avait annoncé l’introduction, dès la rentrée prochaine, de cours sur le réchauffement climatique dans les écoles et lycées. En outre, il voulait se battre pour une augmentation pérenne des financements du système éducatif, en Italie.  « J’ai accepté ma mission dans le seul but d’inverser de manière radicale la tendance qui, depuis des décennies, met l’école, la formation supérieure et la recherche italienne dans des conditions de grande souffrance », explique le ministre.

Peu après la formation du gouvernement en septembre, la ministre avait assuré qu’il démissionnerait si un minimum de trois milliards d’euros « nécessaires pour maintenir le système éducatif à flot » n’était pas affecté à son ministère dans le budget 2020.

Actuellement, ils représentent moins de 4 % des dépenses publiques contre une moyenne de 5 % dans les autres États européens. Membre du Mouvement 5 étoiles, Lorenzo Fioramonti devrait être remplacé par un autre élu 5 étoiles, Nicola Morra, l’actuel président de la commission parlementaire antimafia.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.