Accéder au contenu principal
La revue de presse des Balkans

À la Une: bras de fer entre l'Église orthodoxe et le gouvernement Monténégrin

La police a bouclé le centre-ville avant le vote du projet de loi sur «les libertés religieuses et les droits légaux des organisations religieuses», près du parlement de Podgorica, au Monténégro, le 26 décembre 2019.
La police a bouclé le centre-ville avant le vote du projet de loi sur «les libertés religieuses et les droits légaux des organisations religieuses», près du parlement de Podgorica, au Monténégro, le 26 décembre 2019. REUTERS/Stevo Vasiljevic

Publicité

Le Parlement du Monténégro a adopté une loi sur le statut juridique des communautés religieuses. L'Église orthodoxe serbe accuse le gouvernement de vouloir « voler les biens des Églises ». Elle a réuni des milliers de fidèles à Nikšić, le 21 décembre, autour des reliques de saint Basile d'Ostrog et menace d'excommunication et de malédiction ceux qui voteraient la loi. Jeudi, le Monténégro a connu une journée d’émeutes, avec des barricades sur les principaux axes routiers du pays. 18 députés d’opposition ont été placés en garde à vue. 

À lire : Monténégro : une journée d'émeute contre la loi sur les religions

Monténégro : bras de fer entre l'Église orthodoxe et le gouvernement

Balkans : les Églises orthodoxes au défi des aspirations nationales

Tirana accueillait samedi 21 décembre le troisième sommet du « mini-Schengen des Balkans », qui réunit l'Albanie, la Macédoine du Nord, le Monténégro et la Serbie, mais pas le Kosovo. Alors que Vetëvendosje manifestait dans les rues de Tirana contre la présence d'Aleksandar Vučić, le ton est encore monté entre Tirana et Pristina.

À lire : « Mini-Schengen » des Balkans : rien ne va plus entre l'Albanie et le Kosovo

Les sociétés civiles des Balkans à l'épreuve du blocage européen

La Bosnie-Herzégovine a enfin un nouveau gouvernement, quatorze mois après les élections d'octobre 2018. Dirigé par Zoran Tegeltija, ancien ministre des Finances de Republika Srpska, il regroupe les nationalistes du SDA, du HDZ et du SNSD, sans oublier l'oligarque Fahrudin Radončić. Plusieurs ministres sont déjà compromis dans des affaires de corruption.

À lire : Bosnie-Herzégovine : SDA, HDZ et SNSD forment enfin un gouvernement

Elections 2018 en Bosnie-Herzégovine : un an après, enfin un gouvernement

L'opposition et les partisans du régime de Milorad Dodik s'étaient donnés rendez-vous jeudi soir à 18h, à quelques dizaines de mètres les uns des autres, dans le centre de Banja Luka. Les uns réclamaient la démission du ministre de l'Intérieur, les autres appelaient à l'unité pour « défendre la Republika Srpska ».

À lire : Bosnie-Herzégovine : meeting et contre-meeting à Banja Luka

Bosnie-Herzégovine : Republika Srpska, la dérive autoritaire et le spectre de la sécession

Sept hommes, six femmes et douze enfants ont atterri à Sarajevo dans la nuit de jeudi à vendredi. Une opération de rapatriement menée conjointement avec les États-Unis. D'autres expulsions d'anciens combattants de l'État islamique devraient avoir lieu dans les prochaines semaines.

À lire : Guerre en Syrie : la Bosnie-Herzégovine rapatrie 25 de ses ressortissants

Les Balkans et les guerres en Libye, en Syrie et en Irak

Le social-démocrate Zoran Milanović devance la Présidente sortante, Kolinda Grabar-Kitarović, avec 29,5 % des voix contre 26,6 % au premier tour de l’élection présidentielle. Le « chanteur patriote » Miroslav Škoro n'ira pas au second tour, avec environ 24,5 %, mais il annonce la création d'un parti. Second tour le 5 janvier.

À lire : Présidentielle en Croatie : Zoran Milanović en tête, Miroslav Škoro éliminé

La Cour constitutionnelle a tranché : Ivo Šegota et Mladen Kožić, deux conjoints pacsés, ont le droit de devenir famille d’accueil. Leur demande avait été initialement rejetée par le ministère de la Famille. C'est une décision historique ouvrant la voie à la reconnaissance de l'homoparentalité.

À lire : Croatie : une décision historique pour la reconnaissance de l'homoparentalité

LGBT : les minorités sexuelles des Balkans bravent la peur et se font entendre

Ravagé par un incendie en 1906, le quartier ottoman de Plovdiv était encore dans un piteux état quand la ville a été désignée capitale européenne de la culture. Aujourd'hui coloré de fanions « Plovdiv 2019 », Kapana est devenu un temple de la consommation, cher et branché. Ses anciens habitants ont été chassés et sa vocation artistique oubliée.

À lire : Bulgarie : Plovdiv 2019 (2/3), rénover et gentrifier le vieux bazar ottoman

Plovdiv avait séduit la Commission européenne en affichant une volonté d’intégration des minorités ethniques par la culture, notamment la communauté rom. Or, bien peu des projets prévus dans l'immense ghetto rom de Stolipinovo ont effectivement vu le jour. Reportage.

À lire : Bulgarie : Plovdiv 2019 (3/3), à Stolipinovo, comment inclure les minorités ?

Le 26 décembre 1989, au lendemain de l’exécution d'Elena et Nicolae Ceaușescu, Petre Roman est nommé à la tête du gouvernement roumain. Cette figure politique majeure des années 1990 et 2000 revient sur les événements de décembre 1989 et les débuts de la difficile « transition ». Entretien. La révolution roumaine 30 ans après : le témoignage de Petre Roman

Artiste aujourd'hui reconnu sur la scène internationale, Dobrivoie Kerpenisan n'a que 23 ans, lorsqu'il rentre le 16 décembre 1989 en Roumanie voir ses grands-parents. Le jeune étudiant se retrouve témoin, dans son village natal de Sânpetru Mare, de la révolution qui emporte le régime communiste roumain. Trente ans plus tard, il a retrouvé les personnages qu'il avait photographié et il en a fait un film. Entretien. La révolution roumaine 30 ans après : Dobrivoie Kerpenisan saisit la révolte dans son village

À lire : 16 décembre 1989, la révolution roumaine commence...

Durant la Seconde Guerre mondiale, 200 000 partisanes ont combattu pour libérer la Yougoslavie. Une partie d’entre elles créèrent, en décembre 1942, le Front antifasciste des femmes. Malgré les avancées obtenues à l’époque socialiste, la lutte de ces pionnières est loin d’être achevée. Histoire. Balkans : l'émancipation des femmes, un combat commencé les armes à la main

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.