Accéder au contenu principal
Ukraine, Russie

L’Ukraine et la Russie signent un accord gazier important pour l'Europe

Un travailleur tourne une vanne dans une installation souterraine de stockage de gaz près de Stryï, dans l'ouest de l'Ukraine, le 21 mai 2014. (Photo d'illustration)
Un travailleur tourne une vanne dans une installation souterraine de stockage de gaz près de Stryï, dans l'ouest de l'Ukraine, le 21 mai 2014. (Photo d'illustration) Reuters

C’est désormais officiel, la guerre du gaz n’aura pas lieu entre l’Ukraine et la Russie. Les deux pays ont signé lundi 30 décembre un contrat crucial portant sur la circulation du gaz russe vers l’Europe, dans tout le territoire ukrainien.

Publicité

Avec notre correspondant à KievStéphane Siohan

Le précédent contrat arrivait à échéance très exactement aujourd’hui, ce 31 décembre. Alors que la Russie tente depuis plusieurs années de distribuer son gaz en Europe via d’autres gazoducs, notamment en Mer baltique, l’Ukraine tente de garder la main sur cette rente financière importante que lui procure son statut de pays transit.

►À lire aussi: Accord entre le Russe Gazprom et l'Ukrainien Naftogaz

Cela faisait plusieurs semaines que Bruxelles pilotait des négociations extrêmement difficiles entre l’Ukraine et la Russie, afin d’aboutir au renouvellement d’un contrat gazier entre les deux pays. Cet accord porte sur un volume de gaz fixe, en provenance de Russie, transitant par l’Ukraine, alors que tout échec des discussions aurait pu provoquer des ruptures d’approvisionnement en Europe.

Cinq ans de contrat

Le contrat signé lundi soir s’étend sur cinq ans, il prévoit que le géant russe Gazprom fera circuler par l’Ukraine 65 milliards de mètres cubes de gaz l’année prochaine, et ensuite 40 milliards de mètres cubes par an. Cette activité rapportera à l’Ukraine plus de 7 milliards de dollars, alors que la semaine dernière, Gazprom a dû payer à son homologue ukrainien Naftogaz une amende de 3 milliards de dollars, en raison d’un litige entre les deux compagnies.

Il faut rappeler que 35% du gaz européen vient de Russie. L’Europe reste très dépendante du transit ukrainien, même si ce dernier a baissé de 40% ces quinze dernières années, avec la multiplication des routes du gaz vers l’Europe.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.