Accéder au contenu principal
VATICAN

Le pape François s'excuse d'avoir «perdu patience» à l'encontre d'une fidèle

Le pape François, mardi soir place Saint-Pierre, au moment où une fidèle lui agrippe la main.
Le pape François, mardi soir place Saint-Pierre, au moment où une fidèle lui agrippe la main. Capture d'écran Vatican News

Mardi soir, place Saint-Pierre, le pape François avait été pris d'un coup de sang contre une fidèle qui avait attrapé brusquement sa main. Ce mercredi, il a présenté ses excuses.

Publicité

L'image circule beaucoup ces dernières heures sur les réseaux sociaux. Après avoir visité la crèche de la place Saint-Pierre, mardi 31 décembre au soir, le pape François parcourait la foule, comme il en a l'habitude depuis le début de son pontificat en 2013.

Alors que le chef de l'Église catholique serrait des mains, saluait des enfants, une femme a attrapé sa main, le tirant brusquement vers elle.

Sur ces images diffusées en direct par Vatican News, la télévision du Vatican, et reprises dans le monde entier, on voit le pape François, très surpris, sur le point de tomber.

Le souverain pontife, âgé de 83 ans, s'emporte et perd son sang froid face à cette fidèle qui l'agrippe et ne le lâche pas. Pour se détacher de son emprise, il tape à plusieurs reprises sur les bras de la femme puis repart, le visage mécontent et probablement douloureux.

Mercredi 1er janvier au matin, après une nuit de sommeil, le pape s'est excusé pour son geste. Avant la traditionnelle prière de l'Angélus, François est sorti de son texte – diffusé à l'avance aux médias – pour revenir sur son geste de la veille au soir : « Tant de fois nous perdons patience. Cela m'arrive à moi aussi. Je m'excuse pour le mauvais exemple donné hier. » 

Le pape François dénonce les violences faites aux femmes

À noter que dans son homélie prononcée dans la basilique Saint-Pierre, le pape François a dénoncé comme « profanation » les violences contre les femmes et l'exploitation de leur corps à travers « le consumérisme » et « la pornographie ».

« Les femmes sont sources de vie. Cependant, elles sont continuellement offensées, battues, violentées et poussées à se prostituer et à supprimer la vie qu'elles portent en leur sein », a estimé le chef de l'Église catholique. Soulignant que « la renaissance de l'humanité a commencé à partir de la femme », le pontife a estimé que « toute violence faite à la femme est une profanation de Dieu, né d'une femme ».

► À lire aussi Discours «Urbi et Orbi»: le pape lance un appel à la paix devant 55 000 fidèles

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.