Accéder au contenu principal
Grèce / Energies

Signature à Athènes de l'accord sur le gazoduc EastMed sur fond de tensions

La Grèce, Chypre et Israël vont signer ce jeudi 2 janvier 2020 l'accord sur le gazoduc EastMed (image d'illustration).
La Grèce, Chypre et Israël vont signer ce jeudi 2 janvier 2020 l'accord sur le gazoduc EastMed (image d'illustration). Photo by: marka/Universal Images Group via Getty Images

Ce jeudi, à Athènes, la Grèce, Israël et Chypre doivent signer un accord concernant le projet d’un nouveau gazoduc. Baptisé EastMed, ce gazoduc doit s’étendre sur près de 2 000 kilomètres et devrait à terme pouvoir acheminer quelque 10 milliards de mètres cubes de gaz par an à destination de la Grèce, puis d’autres pays du sud de l’Europe.

Publicité

Avec notre correspondant à Athènes,  Joël Bronner

Le projet de gazoduc EastMed, évalué entre 6 et 7 milliards d’euros, est présenté comme une importante source d’approvisionnement énergétique à destination de l’Europe depuis les eaux du bassin levantin, situé tout à l’est de la Méditerranée.

Ce projet d’infrastructure, qui prévoit de passer par Chypre et la Crête, semble sur le point de se matérialiser, à l’heure où les tensions politiques montent en parallèle à propos des réserves d’hydrocarbures de la Méditerranée orientale.

À écouter et lire aussi : Les ressources gazières attisent les tensions en Méditerranée orientale

Fin novembre, la Turquie a en effet signé un accord controversé avec le gouvernement d’union nationale de Libye. Cet accord - que la Grèce condamne fermement - instaure notamment une frontière maritime entre Ankara et Tripoli. L’objectif de cette frontière, entre autres, est d’offrir une légitimité à la Turquie pour revendiquer des droits sur certaines zones, riches en hydrocarbures.

En fin d’année, la Turquie a par ailleurs procédé à une série de forages sous-marins, jugés illégaux par de nombreux pays du bassin méditerranéen.

Ces crispations autour des réserves de gaz et de pétrole de la Méditerranée sont également susceptibles de raviver les tensions sur l’île de Chypre, pays de l’Union européenne divisé en deux, entre Chypriotes grecs d’un côté et Chypriotes turcs de l’autre.

À lire aussi : Israël: début de la production du méga-projet gazier Leviathan

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.