Accéder au contenu principal
Andorre / FMI

Andorre est candidate pour devenir membre du FMI

Vue générale d'Andorre-la-Vieille, la capitale de la principauté d'Andorre.
Vue générale d'Andorre-la-Vieille, la capitale de la principauté d'Andorre. PASCAL PAVANI / AFP

Une candidature censée aider le minuscule État des Pyrénées à crédibiliser son système financier connu pour sa fiscalité très allégée.

Publicité

Andorre souhaite devenir le 190ème membre du Fonds monétaire international. L'information vient de la directrice de l'institution, Kristalina Georgieva, qui l'a annoncée sur son compte Twitter.

Andorre n'a que 75 000 habitants, mais c'est peut-être sa force. Petite et efficace, la principauté subvient à ses besoins. Son grand atout : des taux d'imposition très bas. Certains la considèrent par conséquent comme un paradis fiscal.

Selon l'OCDE, un pays est considéré comme non coopératif en matière fiscale quand il n'impose aucune taxe, protège des renseignements financiers et manque de transparence. Depuis 2009, Andorre ne remplit plus ces critères, elle a donc été retirée de la liste noire de l'organisation.

Certes, le système fiscal d’Andorre est léger, avec notamment un impôt plafonné à 10% sur les revenus supérieurs à 40 000€ et sur les sociétés. Le pays applique une TVA de 4,5%, ce qui en fait la plus basse du continent européen et la taxe sur l’immobilier y est très raisonnable.

Rien d'illégal, en somme. Mais il y a un léger parfum de paradis fiscal dont le petit État voudrait bien se débarrasser en devenant membre du FMI. Sa candidature devra être examinée par le Conseil d'administration de l'institution avant d'être soumise au Conseil des gouverneurs.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.