Accéder au contenu principal
Russie / Allemagne

La Libye au coeur des discussions entre Poutine et Merkel

Le président russe Vladimir Poutine et la chancelière allemande Angela Merkel avant leur conférence de presse au Kremlin, le 11 janvier 2020.
Le président russe Vladimir Poutine et la chancelière allemande Angela Merkel avant leur conférence de presse au Kremlin, le 11 janvier 2020. Sputnik/Sergei Guneev/Kremlin via REUTERS

Vladimir Poutine recevait Angela Merkel ce samedi 11 janvier à Moscou, la première rencontre bilatérale entre le président russe et la chancelière allemande depuis le printemps 2018. Leur entretien était consacré aux grands dossiers internationaux – la crise iranienne, le chantier énergétique Nord Stream, le conflit en Ukraine, mais surtout la situation explosive au Moyen-Orient, région dans laquelle la Russie s’est imposée comme un acteur diplomatique incontournable.

Publicité

Avec notre correspondant à Moscou,  Étienne Bouche

Au palais du Kremlin, les deux dirigeants ont exprimé leur inquiétude à l’égard du chaos en Libye. Vladimir Poutine a mis en garde contre une propagation internationale du conflit, soulignant notamment les conséquences pour l’Europe : le trafic d’armes et des flux migratoires incontrôlés.

« Il est important de mettre fin à la confrontation entre l’Armée nationale libyenne du maréchal Haftar et le gouvernement d’union nationale de Monsieur Sarraj ; important d’instaurer un cessez-le-feu, de prendre des mesures pour un rétablissement du processus politique avec pour objectif ultime de surmonter la division à l’intérieur du pays et de former des institutions étatiques unifiées », a déclaré le président russe.

Cette semaine à Ankara, la Russie et la Turquie ont appelé conjointement à un cessez-le-feu alors que les deux pays soutiennent des camps opposés dans ce conflit. Le début de ce cessez-le-feu est fixé au dimanche 12 janvier à minuit.

Sur un dossier où les pays européens ont peu de poids, l’Allemagne entend jouer un rôle de médiateur. Angela Merkel espère faire bouger les lignes à l’occasion d’une conférence de paix qui doit être organisée à Berlin.

Interrogé sur la présence de mercenaires russes en Libye, Vladimir Poutine a rejeté toute relation entre les citoyens russes qui se trouveraient sur place et l’État.

À lire aussi : Libye: «La Russie et la Turquie profitent du vide laissé par les Européens»

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.