Accéder au contenu principal
Serbie

Les Balkans étouffent sous la pollution atmosphérique

Belgrade, comme beaucoup d'autres villes des Balkans, est plongée dans un épais brouillard dû à la pollution atmosphérique, le 15 janvier 2020..
Belgrade, comme beaucoup d'autres villes des Balkans, est plongée dans un épais brouillard dû à la pollution atmosphérique, le 15 janvier 2020.. REUTERS/Marko Djurica

Depuis plusieurs jours Sarajevo, Belgrade, Pristina, Skopje, notamment, étouffent sous une couche de particules fines sans précédent, qui les placent en tête des villes les plus polluées du monde. Le gouvernement a été sommé de réagir et une manifestation a eu lieu vendredi soir à Belgrade.

Publicité

Avec notre correspondant à Belgrade, Laurent Rouy

Toute la semaine, Belgrade a été noyée sous les particules fines. Un ciel sombre, un air acre... Du jamais vu à Belgrade. Du coup, impossible de trouver des masques respiratoires. Ils sont enfin arrivés en pharmacie, au compte-goutte, comme l'explique Sladjana. « Les masques ont été livrés dans la journée et ce soir, presque tout est vendu. Pour notre pharmacie, nous avons reçu 15 masques. »

Les rues sont moins fréquentées. Les autorités conseillent de limiter les déplacements. Ivan, jeune papa, ne va plus au parc. « Ces derniers temps, l'air puait ! Ça nous a fait prendre conscience du niveau de pollution. Les yeux nous brûlaient. On ne pouvait plus respirer. »

En cause, l'absence de vent, qui ne disperse plus les fumées des chauffages au charbon, ni celles des industries polluantes. Excédés, des centaines de Belgradois ont manifesté vendredi soir. Ils accusent le gouvernement de ne pas mettre en œuvre les mesures environnementales inscrites dans la loi.

Dans la foule, un petit groupe d'élèves écolos de l'école française, dont Yasmine, 12 ans. « Ça me fait tousser j'ai souvent mal à la tête quand je vais à l'école, parce que je vais à l'école à pied. Je peux pas me protéger si j'ai pas de masque. Je voudrais quand même pouvoir sortir dehors sans masque. »

Belgrade n'est pas la seule ville touchée. Sans vent, les capitales de tous les Balkans étouffent dans les particules fines.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.