Accéder au contenu principal

Brexit, jour J-4: épilogue ou nouveau chapitre d'un divorce houleux ?

Boris Johnson a mis toute son énergie dans la campagne pour que le Royaume-Uni quitte l'Union européenne.
Boris Johnson a mis toute son énergie dans la campagne pour que le Royaume-Uni quitte l'Union européenne. Ben STANSALL / AFP

Après une saga de près de quatre ans et plusieurs tentatives avortées, le Royaume-Uni va bel et bien quitter l’Union européenne le 31 janvier à minuit, heure de Paris. Tout s’est joué ces derniers mois sous l’impulsion d’un certain Boris Johnson qui souhaite désormais apaiser les divisions dans un pays lassé d'une saga.

Publicité

De notre correspondante à Londres,

Boris Johnson a réussi son pari. Son dernier coup de poker, c'était cet automne. Face à un Parlement vent debout contre lui et en pleine paralysie, le Premier ministre a convaincu l’opposition de déclencher des élections anticipées. Un pari réussi et une élection triomphale qui lui donne les coudées franches pour concrétiser le Brexit. Car cette fois, plus de recul possible : l’accord de divorce a été signé, la loi de retrait votée par le parlement de Westminster a reçu l’assentiment royal. Boris Johnson a immortalisé en photo sa signature du document en parlant d’un « moment fantastique » pour le Royaume-Uni. Ne reste plus que le Parlement européen qui entérinera le traité mercredi 29 janvier prochain pour couper définitivement le cordon.

Les festivités du 31 janvier

Les « festivités » officielles restent très sobres n’en déplaise aux Brexiters qui voulaient faire sonner Big Ben à 23 heures vendredi alors que la tour et la cloche de Westminster sont actuellement en réparation. Boris Johnson semblait d’abord avoir donné sa bénédiction au projet, avant d’en appeler à la générosité du public pour financer un projet estimé à quelque 585 000 euros et finir par abandonner complètement l’idée quand les autorités du Parlement y ont mis leur veto.

Finalement, l’événement sera marqué par une horloge géante projetée sur les murs du 10, Downing Street et qui assurera le décompte ainsi que des drapeaux déployés sur certains bâtiments administratifs tandis que Boris Johnson prononcera un discours dans la soirée depuis une circonscription du nord du pays. Seuls les Brexiters les plus fervents sous la houlette de Nigel Farage ont prévu un pique-nique sur Parliament Square en face de Westminster avec musique et discours. Et à défaut de Big Ben, les 11 coups enregistrés retentiront par haut-parleur sur la place.

Aller de l'avant

Le gouvernement est très conscient que le Brexit divise encore profondément les Britanniques et tout en marquant le coup, il s’est efforcé d’éviter tout triomphalisme. D’autant que cette sortie reste toute symbolique pour le moment et jusqu’au 31 décembre prochain puisque rien ne va changer. Le 1er février, on entre dans une période de transition durant laquelle le pays maintient les liens existants avec l’UE, mais n’aura plus voix au chapitre lors des prochaines décisions à Bruxelles.

Dans un pays qui s’est déchiré depuis bientôt quatre ans sur le Brexit, le message de Boris Johnson est celui de la réconciliation et du serrage de coudes. Et le gouvernement ne devra pas ménager sa peine car en dehors des Brexiters qui sont ravis et des Remainers à l’inverse déprimés, il y a une grande lassitude et une certaine exaspération des Britanniques vis-à-vis du Brexit, impatients que cela arrive pour que le pays sorte de sa paralysie…

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.