Accéder au contenu principal

Monténégro: les manifestations contre la loi sur les religions continuent

Le clergé de l'Église orthodoxe serbe du Monténégro mène une marche de protestation contre la nouvelle loi sur les religions à Podgorica, Monténégro, le 2 février 2020.
Le clergé de l'Église orthodoxe serbe du Monténégro mène une marche de protestation contre la nouvelle loi sur les religions à Podgorica, Monténégro, le 2 février 2020. REUTERS/Stevo Vasiljevic

Ils sont des dizaines de milliers, deux fois par semaine, à battre le pavé des villes du Monténégro. En cause, la nouvelle loi sur les communautés religieuses, que rejette la puissante Église orthodoxe serbe.

Publicité

Avec notre correspondant à Podgorica, Laurent Geslin

Une foule immense s'était réunie devant la cathédrale de Podgorica, la capitale du Monténégro, pour protester contre une nouvelle loi sur les communautés religieuses avant de s’ébranler dans les rues de la capitale derrière des croix et des bannières de procession. Selon cette nouvelle loi, votée par le Parlement monténégrin le 26 décembre, l'Église orthodoxe doit présenter les titres de propriétés de tous ses biens antérieurs à 1918, sous peine de les voir passer sous le contrôle de l’État.

Une mesure qu'elle juge inacceptable, alors qu'au Monténégro, identités nationales et appartenances religieuses forment un cocktail détonnant. La majorité des habitants du petit pays sont orthodoxes, mais reconnaissent l’autorité de l’Église serbe.

Pour l'instant, le gouvernement exclut de faire marche arrière

« Dès le début, l'église a eu une position très claire, il s'agit uniquement de défendre nos libertés religieuses, les droits des croyants, pas d'une question politique, nationale ou d’un conflit entre deux États », explique le père Nikola Pejovic.

Pour l'instant, le gouvernement exclut de faire marche arrière et aucun compromis ne semble envisageable. Mais les cartes pourraient rapidement être rebattues si la contestation dure dans le temps, alors que des élections législatives sont prévues à l'automne 2020.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.