Accéder au contenu principal

Macron: la Russie continuera à «essayer de déstabiliser» l'Occident

Le président français Emmanuel Macron s'exprime lors de la conférence annuelle de Munich sur la sécurité, le 15 février 2020.
Le président français Emmanuel Macron s'exprime lors de la conférence annuelle de Munich sur la sécurité, le 15 février 2020. REUTERS/Andreas Gebert

Le président français était ce samedi 15 février à la conférence sur la sécurité à Munich. S'il a défendu sa politique à l'égard de la Russie, Emmanuel Macron a averti que Moscou allait continuer de s'ingérer dans les élections en Occident.

Publicité

« Je pense que la Russie continuera à essayer de déstabiliser, soit [via] des acteurs privés, soit directement des services, soit des "proxies" [intemédiaires, ndlr] », a déclaré Emmanuel Macron.

Pour le président français, la Russie « continuera d'être un acteur extrêmement agressif sur ce sujet dans les prochains mois et les prochaines années et dans toutes les élections, elle cherchera à avoir des stratégies de la sorte ou elle aura des acteurs. »

« Face à ces attaques, nous avons très peu d'anticorps » a concédé Emmanuel Macron. Il faut « renforcer les défenses technologiques, les coopérations entre services » occidentaux afin d'identifier et « attribuer » ces attaques qui restent souvent anonymes.

Appel au dialogue

Le chef de l'État français a cependant appelé l'Europe à dialoguer avec la Russie pour aboutir à des « stratégies de désescalade » et à une « transparence commune ». Car à moyen terme, justifie-t-il, Moscou ne pourra pas jouer le même rôle qu'aujourd'hui sur la scène internationale.

« La Russie a construit ces dernières années une armada militaire incroyable. Elle a continué à investir quand on avait stoppé. Cette stratégie est-elle soutenable pour elle ? interroge Emmanuel Macron. Sur le plan financier, je ne crois pas. Parce que simplement elle a un produit intérieur brut qui est celui plutôt d’une économie moyenne. Si je me mets à la place de la Russie, je me dis : la stratégie que j’ai eue ces dernières années me donne une crédibilité aujourd’hui. Est-ce qu’elle est soutenable à 20 ans, je ne suis pas sûr. Ensuite, elle a maximisé par notre faiblesse et nos désaccords son rôle dans toutes les crises régionales – Syrie, Libye, sur certains sujets africains et ailleurs. Est-ce que c’est soutenable ? Compliqué. »

Aux yeux du président français, la Russie, un « énorme pays », connaît aussi une « démographie déclinante » à qui « il faut des alliés ». Emmanuel Macron «ne pense pas que l'alliance avec la Chine soit durable »pour Moscou, car, ajoute-t-il, « l’hégémonie chinoise n’est pas compatible avec le sentiment de fierté russe. Donc je pense qu’il faut chercher les voies d’un partenariat européen. Moi, je ne suis pas pro-russe, je ne suis pas non plus anti-russe, je suis pro-européen. Et je pense que c’est aussi donner une option stratégique à la Russie qui a de la valeur pour nous. »

Affaiblissement de l’Occident

Emmanuel Macron a ensuite évoqué la tendance du repli américain sous Donald Trump estimant qu'il en résultait « un affaiblissement de l'Occident ». Il faisait référence à des propos tenus la veille par le président allemand Frank-Walter Steinmeier, lors de ce même forum à Munich. Ce dernier avait durement dénoncé l'égoïsme national propagé à ses yeux par Washington et déploré que les États-Unis placent leurs intérêts propres au-dessus de ceux de tous les autres, refusant même l’idée d’une communauté internationale.

En réponse, le secrétaire d'État américain Mike Pompeo a cherché à rassurer les Européens : « Je suis heureux de confirmer qu'il est très exagéré de parler de la mort de l'alliance transatlantique. L'Occident est en train de gagner, et nous sommes en train de gagner ensemble. »

Mike Pompeo a aussi défendu la responsabilité mondiale des États-Unis, malgré les réticences européennes, assurant que les idéaux et les valeurs de l'Occident l'emporteraient sur les « désirs d'empire » de la Russie et de la Chine.

À lire aussi : Macron «impatient» face au manque de réponse allemande sur les défis européens

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.