Accéder au contenu principal

L’Union européenne veut se placer en tête de course de l’intelligence artificielle

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, lors d'une conférence de presse sur l'intelligence artificielle, le 19 février 2020 à Bruxelles.
La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, lors d'une conférence de presse sur l'intelligence artificielle, le 19 février 2020 à Bruxelles. Kenzo Tribouillard/AFP

La Commission européenne a proposé jeudi une stratégie pour faire de l’Europe la championne de l’intelligence artificielle. Avec le développement de la 5G, l’Union européenne doit, selon la commission, profiter de la richesse des données qu’elle produit. La commission estime que tous les 18 mois, le nombre de données produites double de volume. Les citoyens, les administrations et les entreprises européennes doivent pouvoir en bénéficier, avec des projets de développement qui seront encadrés par des lois et des règles d’ici la fin de l’année.

Publicité

Avec notre bureau de Bruxelles,

À en croire la Commission européenne, les données sont le nouvel eldorado, une richesse industrielle, une nouvelle matière première dont l’Europe peut profiter, car elle est restée industrialisée contrairement aux États-Unis. La première vague des données a profité surtout aux géants de l’internet dont aucun n’est européen ; désormais l’UE est bien placée selon la commission pour être en tête de course dans la deuxième vague, celle de l’intelligence artificielle qui va largement bénéficier aux entreprises.

« L’Europe mène déjà, a déclaré Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne. Dans l’intelligence artificielle, l’Europe est en position de tête. Nous produisons 25% de tous les robots industriels par exemple. Et du côté des industriels, un sur deux utilise au moins tous les jours une application d’intelligence artificielle. Et dans le secteur de la science, de la recherche, la plupart des articles sont produits par la communauté des scientifiques européens. »

→ À lire aussi : 5G: l'UE veut s'imposer dans la «guerre» des données industrielles

Et pour les citoyens, l’accent est mis sur une intelligence artificielle qui respecte les valeurs fondamentales de l’Europe, en particulier la protection de la vie privée avec un accent qui sera mis sur la sécurisation des données personnelles.

On se dit aujourd'hui en Europe qu'une nouvelle révolution est en cours, liée non pas seulement au web mais aux objets connectés... Les enjeux sont considérables...

Jean-Gabriel Ganascia, enseignant-chercheur au laboratoire informatique de la Sorbonne.

 

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.