Accéder au contenu principal

Coronavirus: les autorités ukrainiennes à l'épreuve de la désinformation

Le rapatriement de 72 personnes de Wuhan a provoqué des scènes d'émeute à Novi Sanjary, en Ukraine, le 20 février 2020.
Le rapatriement de 72 personnes de Wuhan a provoqué des scènes d'émeute à Novi Sanjary, en Ukraine, le 20 février 2020. REUTERS/Valentyn Ogirenko

Après des scènes d'émeute provoquées par le rapatriement de 72 personnes de Wuhan, foyer du coronavirus en Chine, la ministre ukrainienne de la Santé a décidé de passer la période de quarantaine avec elles pour rassurer la population.

Publicité

« Nous n’avons pas montré notre meilleur visage ». Dans une adresse vidéo, le président Volodymyr Zelenskiy dénonce les mensonges et la désinformation qui ont suscité des scènes surréalistes le 20 février à Novi Sanjary.

À l’annonce du rapatriement de 45 Ukrainiens et 27 étrangers de Chine vers une clinique du ministère de l’Intérieur située dans cette petite ville du centre de l’Ukraine, les habitants avaient bloqué les routes et cherché à forcer les cordons de police. L’autocar transportant les réfugiés avait été accueilli à coups de pierres.

Face à cette hystérie collective, intensément relayée sur les réseaux sociaux, les messages d’apaisement du gouvernement n’ont eu pratiquement aucun effet. Le scandale trahit ainsi la très faible confiance que les Ukrainiens ont en leurs institutions d’État et leur système médical, observe notre correspondant à Kiev, Sébastien Gobert.

Pour rassurer la population, la ministre de la Santé a en effet décidé de passer la période de quarantaine avec les personnes rapatriées. « J'ai pris la décision de rejoindre les gens en observation. Je vais passer les 14 prochains jours avec eux, dans le même bâtiment et les mêmes conditions. J'espère que ma présence calmera ceux de Novi Sanjary et le reste du pays », a écrit Zoriana Skaletska sur Facebook dans la nuit de jeudi à vendredi.

Mais la rumeur l’accuse désormais d’être en réalité en sécurité à Kiev. Elle doit se montrer plusieurs fois par jour dans des vidéos pour prouver qu’elle est sur place, et rassurer sur l’efficacité de la réaction publique face au risque de pandémie.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.