Accéder au contenu principal

Turquie: polémique autour de la mort de deux soldats en Libye

Le président turc Recep Tayyip Erdogan s'adressant aux législateurs de son parti à la Grande Assemblée nationale de Turquie (Parlement) à Ankara, le 19 février 2020.
Le président turc Recep Tayyip Erdogan s'adressant aux législateurs de son parti à la Grande Assemblée nationale de Turquie (Parlement) à Ankara, le 19 février 2020. Adem ALTAN / AFP

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a annoncé mardi la mort de deux soldats turcs en Libye. Les deux premiers militaires tués depuis qu’Ankara a déployé début janvier des troupes en Libye pour soutenir le gouvernement de Tripoli. Cette annonce relance le débat sur l’engagement turc en Libye.

Publicité

De notre correspondante à Istanbul,

La semaine dernière, Recep Tayyip Erdogan avait d’abord évoqué la mort de « quelques martyrs » en Libye, sans autre précision. L’opposition parlementaire, qui avait voté contre cette intervention, s’était scandalisée de la formule et le quotidien d’opposition nationaliste Yeniçag avait annoncé au cours du week-end la mort d’un colonel et d’un autre gradé, présentés comme des membres du renseignement militaire.

Les comptes Twitter des deux journalistes à l’origine des révélations avaient aussitôt été piratés et l’information effacée du site de Yeniçag. Le ministère de la Défense, qui d’ordinaire annonce toujours la mort de soldats et leurs noms, est quant à lui resté muet.

À lire aussi : Libye: les enjeux de l’initiative militaire turque

Ce mardi, Recep Tayyip Erdogan a finalement confirmé la mort de « deux martyrs » sans en dire plus, là encore. « J’ai donné le chiffre. Maintenant, que va en faire monsieur Kemal ? », a lancé le chef de l’État, signalant que cette annonce était avant tout une réponse au chef du principal parti d’opposition, Kemal Kiliçdaroglu.

Kemal Kiliçdaroglu, qui dirige le CHP social-démocrate, a saisi la balle au bond lors d’un discours devant son groupe parlementaire. Il a accusé le président d’utiliser « l’armée de la République de Turquie comme une armée du palais » et de cacher au Parlement la situation en Libye. « Que se passe-t-il en Libye ? Vous devez nous le dire », a insisté Kemal Kiliçdaroglu.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.