Accéder au contenu principal

Coronavirus: l'Allemagne adopte un plan de 1100 milliards d'euros

Le ministre allemand des Finances Olaf Scholz lors de son discours au Parlement allemand, le Bundestag, à Berlin, le 25 mars 2020.
Le ministre allemand des Finances Olaf Scholz lors de son discours au Parlement allemand, le Bundestag, à Berlin, le 25 mars 2020. REUTERS/Axel Schmidt

L’Allemagne a adopté ce mercredi un plan inédit depuis la guerre de 1 100 milliards d’euros pour réduire au minimum l’impact économique et social de la crise causée par le Covid-19. Un montant qui représente près d’un tiers de la richesse totale du pays durant une année.

Publicité

De notre correspondant à Berlin,

Le ministre des Finances Olaf Scholz avait parlé récemment d’un « bazooka ». On pourrait ainsi évoquer la Grosse Bertha. Les parlementaires ont dû approuver la suspension de la règle constitutionnelle qui n’autorise l’Allemagne qu’à avoir un déficit budgétaire de 0,35% du produit intérieur brut au maximum. Une vache sacrée vient d’être sacrifiée.

« Dans la crise actuelle, le gouvernement allemand fait tout ce qui est nécessaire et tout ce qui est possible pour réduire les conséquences économiques et sociales. Notre plan prévoit une somme gigantesque. Nous pouvons nous le permettre. L’essentiel, c’est d’aider rapidement ceux qui en ont besoin », a délcaré le vice-chancelier Olaf Scholz.

Le plan prévoit un fonds de secours pour les grandes entreprises et une sévère augmentation des moyens de la banque publique KfW pour garantir des prêts. Le budget supplémentaire prévoit 156 milliards de dépenses en plus. Un tiers est destiné aux travailleurs indépendants et petites entreprises pour réduire leurs difficultés.

À lire aussi : Coronavirus: l'Allemagne met en place un plan de sauvetage économique

Des mesures sociales prévoient un report de paiement pour les loyers des personnes privées, un assouplissement des règles du chômage partiel et un soutien aux hôpitaux.

L’Allemagne sera cette année en récession. Mais les estimations varient : le recul pourrait plus sévère qu’en 2009 avec -5%.

Après le vote très large ce mercredi du Bundestag, l’approbation vendredi de ces mesures par la chambre haute représentant les régions est acquise.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.