Accéder au contenu principal

Coronavirus: en Italie, la mafia en profite pour venir en aide aux plus démunis

Des organisations criminelles profitent de la crise sanitaire pour aider les entreprises en difficultés et les plus démunis afin de s’en attirer les bonnes grâces. Ici, un magasin de souvenir fermé à Rome, le 28 mars 2020, à cause du Covid-19.
Des organisations criminelles profitent de la crise sanitaire pour aider les entreprises en difficultés et les plus démunis afin de s’en attirer les bonnes grâces. Ici, un magasin de souvenir fermé à Rome, le 28 mars 2020, à cause du Covid-19. REUTERS/Alberto Lingria

En Italie, la crise économique liée au coronavirus fait elle aussi des ravages : des familles qui peinent à se nourrir, aux petites et moyennes entreprises au bord de la faillite. Et la ministre de l’Intérieur a tiré la sonnette d’alarme : attention à la criminalité organisée qui s’engouffre déjà dans la brèche.

Publicité

Paniers repas pour les familles en difficultés, argent frais pour les entreprises, la mafia est entrée en action pour tirer bénéfice de la crise. La ministre de l’Intérieur alerte : il faut sauvegarder l’accès des foyers au crédit et surveiller les opérations financières. Les entreprises au bord de la faillite sont en effet une proie facile comme l’explique l’ancien magistrat antimafia Mario Vaudano : « Le problème, c'est toujours la liquidité et l'entreprise peut avoir un grand besoin de liquidité. Et la mafia, surtout Cosa nostra et la Ndrangheta, les mafias calabraise et sicilienne, ont une énorme quantité de liquidité. »

De l’argent mafieux qui concurrence directement les programmes d’aide sociale et de soutien aux entreprises mis en place par le gouvernement italien. Mais attention à ne pas stigmatiser l’Italie, poursuit le magistrat, qui a aussi été membre de l’office européen de lutte anti-fraude : « Il y a évidemment toujours un danger, mais ce n'est pas en Italie qu'il y a le plus de risque. Il suffit de voir l'infiltration mafieuse qu'il y a maintenant en Slovaquie, à Malte, en Pologne et aussi en Hollande. Il faut dire ces choses très clairement. »

La solidarité européenne est en jeu là aussi, la criminalité organisée ne connait pas plus de frontières que les virus.

Ce vendredi, à la veille du week-end de Pâques, les préfets ont reçu une lettre de 8 pages les appelant à tout mettre en œuvre pour éviter que la mafia ne prospère sur l’épidémie de coronavirus.

À lire aussi : Coronavirus: l'Italie cherche des solutions pour isoler les malades en convalescence

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.