Accéder au contenu principal

Coronavirus: la stratégie suédoise auto-critiquée, à demi-mot

L'épidémiologiste Anders Tegnell, en charge de la coordination de la lutte contre le coronavirus en Suède, lors de son point presse du 3 juin 2020.
L'épidémiologiste Anders Tegnell, en charge de la coordination de la lutte contre le coronavirus en Suède, lors de son point presse du 3 juin 2020. TT News Agency/Andres Wiklund via REUTERS

Pas de confinement strict, écoles cafés bars et restaurants ouverts, et un appel à la responsabilité individuelle… seul interdit : les rassemblements de plus de 50 personnes et les visites en maison de retraite. ce mode de gestion souple de l'épidémie fait aujourd'hui débat en Suède. Et l'épidémiologiste en chef du pays Anders Tegnell a finalement fait hier mercredi, sur cette stratégie ce qui s’apparente à un demi mea culpa.

Publicité

Avec ses fines lunettes sur un visage surmonté de cheveux gris parsemés de mèches blanches, Anders Tegnell est le visage de la stratégie suédoise de lutte contre le virus. Entre conférences de presse -plusieurs fois par semaine- et interventions dans les médias, l'épidémiologiste en chef de la Suède explique et défend depuis des semaines ce choix unique en europe de ne pas imposer de confinement.

Mais pour la première fois, le médecin a émis des bémols, de taille, sur l'antenne de la radio publique suédoise. « Si nous devions rencontrer la même maladie avec tout ce que nous savons aujourd'hui sur elle, je pense que nous finirions par faire quelque chose entre ce que la Suède et le reste du monde ont fait », a-t-il déclaré.

Avec un peu plus de 10 millions d’habitants, la Suède a décompté 4542 morts du Covid-19. C’est trop, a reconnu Anders Tegnell. C'est aussi l’avis des voisins scandinaves de la Suède qui ont fermé leurs frontières avec le pays. Le gouvernement continue en tout cas à le répéter : cette lutte contre le virus est un marathon, pas un sprint.

Sous la pression de l’opposition, le Premier ministre Stefan Löfven a d'ailleurs dû se résoudre à lancer une commission d’enquête sur la gestion de la crise sanitaire avant l’été.

À lire aussi: En Europe, du Nord au Sud, une réouverture des frontières à la carte 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.