Accéder au contenu principal
France

France : la majorité parlementaire soutient Michèle Alliot-Marie, malgré les nouvelles révélations

La ministre française des Affaires étrangères Michèle Alliot-Marie lors de la sesssion des questions au gouvernement à l'Assemblée nationale, le 16 février 2011.
La ministre française des Affaires étrangères Michèle Alliot-Marie lors de la sesssion des questions au gouvernement à l'Assemblée nationale, le 16 février 2011. REUTERS/Charles Platiau

Déjà fragilisée par la controverse sur ses congés en Tunisie, la ministre des Affaires étrangères française, Michèle Alliot-Marie, est à nouveau sur la sellette après des révélations sur un coup de fil à Ben Ali en pleine révolution et une transaction entre ses parents et un patron tunisien. Tandis que l'opposition a réclamé mercredi 16 février avec insistance sa démission en dénonçant une succession de « mensonges » et une « confusion des genres » nuisibles pour l'image de l'Etat français, le président Nicolas Sarkozy lui a renouvelé toute sa confiance via un message manuscrit. Soutien également des députés de la majorité qui ne cachent pas pour autant leur embarras.

Publicité

« Michèle Alliot-Marie n'a rien fait de répréhensible. C’est une affaire privée qui ne concerne que ses parents ». En boucle les députés de la majorité martèlent tous le même message, sans grande conviction, comme le député Claude Goasguen : « Je n’aimerais pas être à sa place, c’est sûr, mais très franchement sauf à être chargé de la tutelle et de la curatelle de son père –ce qui visiblement n’est pas le cas- et de sa mère… parce qu’ils me paraissent avoir l’œil vif et le pied solide, je ne vois pas ce que l’on peut reprocher à Michèle Alliot-Marie ».

Salle des Quatre colonnes à l'Assemblée, l'embarras des députés UMP est pourtant palpable, qui fuient les questions des journalistes : « Je pense que tout a été dit sur cette question et, par conséquent, je n’y reviendrai pas ». Et alors que Jérôme Chartier s'éloigne déjà à grand pas, Alain Gest tente lui aussi de botter en touche : « Il n’y aura pas de gêne avec moi, je ne parlerai pas d’un non-sujet. J’ai beau rechercher dans tous les codes de notre droit français, ça n’est interdit nulle part ».

A quelques mètres, les députés socialistes donnent eux de la voix pour réclamer à nouveau la démission de Michèle Alliot-Marie. Hors de question fait valoir l'UMP, Jean Leonetti. : « Ce n’est pas la stratégie du président de la République de ne pas avoir le courage de soutenir les gens en difficulté et d’avoir la politique de l’abandon  ».

Au même moment, à la tribune de l'Assemblée résonnent les mots de Michèle Alliot-Marie qui exclut toute démission.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.