Accéder au contenu principal
France / Niger / Mali

La mort au Mali de Vincent Delory et Antoine de Léocour et les questions sans réponse des familles

Une stèle a été érigée en hommage aux deux jeunes garçons, Antoine de Léocour et Vincent Delory, tués au Mali le 8 janvier 2011, Linselles le 8 janvier 2011.
Une stèle a été érigée en hommage aux deux jeunes garçons, Antoine de Léocour et Vincent Delory, tués au Mali le 8 janvier 2011, Linselles le 8 janvier 2011. AFP/Denis Charlet

Un hommage a été rendu à Antoine De Léocour et Vincent Delory, ce dimanche matin 8 janvier 2012, à Linselles, dans la banlieue de Lille dans le nord de la France. Il y a un an, ces deux jeunes Français trouvaient la mort dans l’intervention militaire française en territoire malien contre leurs ravisseurs. Les deux amis avaient été enlevés par un groupe d’Aqmi, en plein Niamey, la veille. Un an plus tard, les familles ne connaissent toujours pas toute la vérité sur les circonstances exactes de la mort de leurs enfants.

Publicité

Enlevé parce que tu étais français, tu as été victime de la folie aveugle du terrorisme, tout comme ton ami Antoine. Le dénouement dramatique de ton enlèvement est issu d’une décision politique, d’une volonté de fermeté à l’égard de terroristes qui ne t’a laissé aucune chance. Aujourd’hui nous voudrions que tu as été sacrifié pour une raison d’Etat. Tu es mort par et pour la France et nous voudrions que l’on reconnaisse ton martyr….

A Linselles un dernier hommage est rendu aux deux jeunes garçons. Les mots d'Annabelle, la soeur de Vincent Delory sont forts...

Les familles veulent savoir. Ecoutez les témoignages recueillis par notre envoyée spéciale à Lincelles.

On attend d’avoir des réponses concrètes sur ce qui s’est vraiment passé… c’est dur d’avoir une réponse…. On nous ballade… c’est dur d’accepter ça ! Moi je n’accepte pas !

Les parents d'Antoine de Léocour attendent toujours des réponses

Les parents des deux jeunes garçons ont demandé à être reçus par le président de la République, Nicolas Sarkozy.

Maître Antoine Casubolo Ferro, avocat de la famille de Léocour

Jeudi 5 janvier, l’avocat de l'une des familles affirmait que c’est bien l’armée française qui a mis le feu au véhicule 4X4 blanc où se trouvaient les deux jeunes garçons. Les avocats formulent plusieurs demandes comme l'explique maître Casubolo Ferro : la levée totale du secret défense, l’élargissement de la saisine des magistrats de sorte qu'ils puissent enquêter sur ce qui s’est passé sur le terrain mais aussi remonter la chaîne de commandement et enfin la création d'une commission d’enquête parlementaire. La demande de levée du secret défense a récemment été refusée par le ministre de la Défense, Gérard Longuet.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.