Accéder au contenu principal
FRANCE / SUISSE

En France, Petroplus met en vente sa raffinerie normande

Le groupe suisse Petroplus, premier raffineur indépendant en Europe, a annoncé la mise  en vente de l’usine de Petit-Couronne, à l'arrêt depuis début janvier faute  de pétrole.
Le groupe suisse Petroplus, premier raffineur indépendant en Europe, a annoncé la mise en vente de l’usine de Petit-Couronne, à l'arrêt depuis début janvier faute de pétrole. ReutersDenis Balibouse/

En France, le raffineur suisse Petroplus a annoncé vendredi 20 janvier la mise en vente de sa raffinerie normande de Petit-Couronne, près de Rouen, en Seine-Maritime. La raffinerie, à l'arrêt depuis début janvier, compte 550 salariés. Le Parti socialiste demande au gouvernement de trouver un repreneur, les salariés ne sont pas décidés non plus à jeter l'éponge.

Publicité

Depuis deux ans Petroplus qui compte plusieurs sites en France accumule les pertes. Le gel de l'ensemble des financements du groupe décidé début janvier par les banques est tombé comme un coup de grâce.

« Le site est à l’arrêt depuis le 11 janvier. Actuellement nous sommes dans une phase de neutralisation des unités. C'est-à-dire qu’on neutralise toutes les capacités des tuyauteries de manière à ce qu’il y ait le moins possible de corrosion qui s’installe, pour maintenir le site propre pour un redémarrage », explique Laurent Patinier, délégué CFDT.

Pour le ministre de l'Industrie, la priorité est de trouver un repreneur afin de maintenir l'activité du site. C'est aussi l'objectif de l'intersyndicale qui a constitué un carnet d'adresses de repreneurs potentiels. « Ce que nous recherchons, poursuit Laurent Patinier, c’est un repreneur qui soit présent sur l’ensemble de la ligne du pétrole, de l’extraction jusqu’à la distribution, de manière à ce que la société qui reprenne l’activité soit une société qui n’ai pas à emprunter auprès des banques des sommes colossales pour acheter le brut et qui est obligée de rembourser des intérêts colossaux avant même d’avoir vendu le produit fini. »

Le problème c'est que le dépôt de bilan guette Petroplus. Face à cette menace les salariés bloquent les derniers produits finis fabriqués sur le site. Ils espèrent sauver 1 500 emplois directs et indirects.
 

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.