Accéder au contenu principal
France / Société

Premier temple mormon en France, en région parisienne

Le livre de la vie de Joseph Smith, le fondateur de l'Eglise mormone. Il prônait la polygamie. Les mormons y ont renoncé en 1890. Mais certaines communautés la pratiquent toujours.
Le livre de la vie de Joseph Smith, le fondateur de l'Eglise mormone. Il prônait la polygamie. Les mormons y ont renoncé en 1890. Mais certaines communautés la pratiquent toujours. Stephan Gladieu / Getty Images

Méconnus en France, les mormons quittent l’anonymat des rues françaises pour s’installer au Chesnay, près de Versailles, en région parisienne. Une première qui n’est pas du goût de l’ensemble des citoyens de la municipalité. L’Eglise de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours vient d’acquérir un terrain pour un montant de 20 millions d’euros. Les Américains éliront-ils un mormon à la présidentielle de 2012 avec Mitt Romney ? La communauté mormone a en tout cas élu Le Chesnay comme point d’ancrage.

Publicité

Depuis 2009 l’affaire était en cours au Chesnay, à côté de Versailles, dans les Yvelines. Les mormons ont obtenu un permis de construire du maire pour installer leur temple sur un ancien site EDF. Officiellement l’Eglise de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours n’est pas une secte. En France, cette communauté compterait 36 000 membres. Mais ce lieu de culte, premier du genre en France, n’accueillerait que 80 fidèles.

Un collectif d'habitants du Chesnay, Avenir 46, dénonce le prosélytisme des mormons et estiment que la ville est en danger. L’opposition municipale aurait préféré des logements sociaux ou des entreprises et estime que ce temple ne correspond pas à un véritable besoin. Une pétition circule sur Internet pour informer l'opinion publique de la situation et a déjà récolté un peu plus de 5 000 signatures. 

Dans cette ville de 30 000 habitants, majoritairement catholique, la responsabilité du maire, Philippe Brillault (DVD) est pointée du doigt, soupçonné d’avoir travaillé dans son coin sur ce projet. Un adjoint au maire a même démissionné pour faire entendre son désaccord. Quatre recours ont été déposés à la mairie pour s’opposer à la construction de ce lieu de culte. Si la municipalité n’y répond pas, les intéressés pourront saisir le tribunal administratif.

Les mormons tentent toutefois de rassurer la population en expliquant qu’il s’agira d’une présence tranquille dans la ville. Ce projet entièrement financé par les dons des fidèles (versement de la dîme) devrait coûter 80 millions d’euros.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.