Accéder au contenu principal
France

Mohamed Merah serait-il le symbole de la nouvelle stratégie d'al-Qaïda?

Le siège de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI), à Levallois-Perret, en banlieue parisienne.
Le siège de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI), à Levallois-Perret, en banlieue parisienne. wikipedia

Mohamed Merah, le jihadiste français assassin de sept personnes dont trois enfants juifs en mars 2011, n'était pas un « loup solitaire », a affirmé mardi 29 janvier à Bruxelles le ministre français de l'Intérieur Manuel Valls, devant les participants d'une conférence internationale sur la lutte contre l'extrémisme violent. Pour le ministre, comme pour les juges antiterroristes français, Merah incarne les « nouvelles techniques opérationnelles » d’al-Qaïda, qui privilégie l'action de petits groupes peu structurés.

Publicité

« Merah, tout sauf un loup solitaire ». Par cette affirmation, le ministre de l'Intérieur prend l'exact contre-pied de la thèse défendue par Bernard Squarcini, l'ancien patron du contre-espionnage sous Nicolas Sarkozy. Pour Manuel Valls, Mohamed Merah incarne au contraire les « nouvelles techniques opérationnelles » d’al-Qaïda : un tueur agissant seul, mais qui n'est pas isolé. Car « Merah a été formé par les jihadistes. Il s'appuie sur un environnement, des contacts en France et à l'étranger ».

Le juge antiterroriste Marc Trévidic porte le même regard. Fini les groupes très structurés et les attaques de grande ampleurs : « L’idée générale est que al-Qaïda n’est plus capable d’exporter son jihad et de faire des coups très forts. Donc l'organisation s’en remet aux vocations individuelles. Autrement dit, partout où vous êtes. Débrouillez-vous mais frappez l’ennemi. Al-Qaïda, quand elle avaient des camps d’entraînement, a quand même accueilli entre 20 et 25 000 volontaires en Afghanistan. Là, ils pouvaient faire parler la poudre. Maintenant, ils ont compris que les choses allaient changer et que leur seule façon de subsister encore, c’est de distiller leur idéologie puisqu’il n’y avait pas moyen de faire autre chose. »

La lutte contre le terrorisme en France, très centralisée, n'est pas appropriée à l'infiltration de petits groupes dispersés sur le terrain, affirme le juge Trévidic. Difficile, donc, reconnaît-il, de détecter aujourd’hui cette nouvelle menace.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.