Accéder au contenu principal
France

Hollande propose à Leonarda de revenir en France seule, Valls publie une nouvelle circulaire

Leonarda Dibrani, le 17 octobre 2013 à Mitrovica.
Leonarda Dibrani, le 17 octobre 2013 à Mitrovica. REUTERS/Hazir Reka

François Hollande a proposé ce samedi 19 octobre à Leonarda Dibrani de revenir en France poursuivre sa scolarité sans sa famille. La jeune fille a décliné. Selon un rapport administratif, l'expulsion a été « conforme à la réglementation » mais la police a manqué de « discernement ». De son côté, Manuel Valls a durci l'interdiction d'intervenir à l'école.

Publicité

Article mis à jour régulièrement

Leonarda pourra poursuivre sa scolarité en France si elle le demande, a annoncé François Hollande ce samedi. S'exprimant depuis l'Elysée, le président a cependant précisé que sa famille ne pourra pas bénéficier du même traitement de faveur. « Si Leonarda en fait la demande, un accueil lui sera réservé, à elle seule », a-t-il déclaré. L'adolescente a immédiatement fait savoir qu'elle n'abandonnerait pas sa famille.

Le président français a par ailleurs assuré que des instructions seraient adressées aux préfets en vue de « prohiber » à l'avenir toute interpellation d'élèves dans le cadre scolaire. Ni une, ni deux, le ministre de l'Intérieur Manuel Valls s'est exécuté ce samedi soir, envoyant une nouvelle circulaire au corps préfectoral et à la presse.

L'instruction ne laissera aucun doute sur la volonté du gouvernement et la manière avec laquelle nous devons agir...

François Hollande

Dans cette missive, il est spécifié que la « protection » du cadre scolaire « s'étend au temps périscolaire et aux activités organisées par les structures destinées à l'accueil collectif des mineurs » et « concerne donc l'ensemble des activités placées sous l'autorité de l'institution scolaire ».

Une « sanctuarisation » du milieu scolaire dont Vincent Peillon, ministre de l'Education, se félicite. « Ce principe ne doit souffrir d'aucune exception, et dans les circonstances que nous avons connues, il était utile de le rappeler avec force », a déclaré le ministre, qui s'était très tôt opposé à Manuel Valls sur ce dossier.

Plus tôt ce samedi, un rapport d'enquête sur l'expulsion de la collégienne et de sa famille avait été publié. Mis en ligne sur le site du ministère de l'Intérieur, le rapport de l’Inspection générale de l’administration indique que « la décision d’éloigner la famille Dibrani est justifiée en droit ».

Le père de Leonarda, Resat Dibrani, s’est en effet vu notifier une obligation de quitter le territoire français (OQTF) le 19 juin 2013. Gemilda Dibrani, la mère de Leonarda, a quant à elle reçu son OQTF le 21 juin. Interpellé le 26 août 2013, Resat Dibrani refusera la mesure d’éloignement par deux fois, les 11 et 27 septembre. Des éléments qui font dire aux auteurs du rapport de l’IGA que « la décision d’éloigner la famille Dibrani est justifiée en droit ».

Un manque de discernement

Mais le rapport indique également que les forces de l’ordre « n’ont pas fait preuve du discernement nécessaire » dans la mise en œuvre de cet éloignement. « Essentiellement focalisée sur l’objectif de parvenir à regrouper la famille et de ramener la jeune fille auprès de sa mère, l’attention des forces de l’ordre n’a pas été éveillée par le fait que Leonarda Dibrani se trouve dans un bus scolaire dans le cadre d’une sortie scolaire », lit-on dans le rapport (la version intégrale du rapport est consultable à la fin de cet article).

Toujours selon le rapport de l’Inspection générale de l'administration, l’opération du 9 octobre a été menée conjointement par les services de la police aux frontières et par la gendarmerie. A l’arrivée des forces de police dans l’appartement de la famille Dibrani, plusieurs des soutiens de la famille sont présents, dont le maire de Levier, M. Jeannin, et son prédécesseur, M. Philippe.

C’est ce dernier qui va alors contacter Leonarda - qui a alors pris le bus pour un voyage scolaire - sur son portable. S’ensuit alors une discussion entre l’enseignante chargée du voyage et le capitaine de gendarmerie. Ce dernier « a demandé fermement [à l’enseignante] d’arrêter le bus et de s’assurer que la jeune fille ne se sauve pas avant l’arrivée de la patrouille ».

Le bus est alors stoppé et la jeune fille emmenée dans l’enceinte du collège Lucie

Réaction de l'opposition

Aubrac, où elle est finalement interpellée par des agents de la police aux frontières. Si le rapport indique que « les témoignages sont unanimes pour souligner qu’aucune contrainte physique n’a été exercée », il juge cependant que « les intervenants n’ont pas évalué les conséquences possibles de leur intervention ».

Absence de volonté d'intégration

Critiquable sur la forme, l'expulsion ne l'est en revanche pas sur le fond, démontre le rapport. La décision du préfet du Doubs de ne pas délivrer une autorisation provisoire de séjour à Resat Dibrani a été motivée par l’absence de « réelle volonté de s’intégrer à la société française ». Une absence de volonté manifestée notamment par le mauvais entretien de l’appartement que la famille occupait, un comportement insultant à l’égard des travailleurs sociaux, des absences répétées des enfants au sein des établissements scolaires qu’ils fréquentaient, et une absence de recherche sérieuse d’emploi, « alors que l’offre est, dans l’arrondissement de Pontarlier, réelle ».

« Monsieur Dibrani n’a jamais donné suite aux propositions d’embauche qui lui étaient faites (…) Il n’a jamais présenté de permis de conduire alors qu’il se prétendait chauffeur de poids lourd », développe encore le rapport, en s’appuyant sur le témoignage d’élus et d’accompagnateurs sociaux. D’après un élu local qui a suivi cinq familles déboutées du droit d’asile, la famille Dibrani aurait été la seule à ne pas s’engager dans un processus d’intégration. 

« C'était dur jusqu'à présent, mais ceci est une catastrophe. Nous ne baissons pas les bras », a déclaré Raset Dibrani à l'Agence France-Presse, quelques minutes après la publication du rapport. « Mes enfants étaient intégrés en France, nous continuons le combat car mes enfants sont ici (au Kosovo, ndlr) des étrangers. »

« Je ne veux pas vivre ici (au Kosovo, ndlr). Pour moi c'est un pays étranger. Je veux revenir en France, je veux rentrer chez moi », a déclaré Leonarda, qui a par ailleurs rejeté la proposition de François Hollande : « Je n'irai pas seule en France, je n'abandonnerai pas ma famille ».

Un passif très flou en Italie

Avant d'arriver en France, la famille Dibrani habitait Fano, sur la côte adriatique. L'Italie est le pays où sont nés quatre des enfants Dibrani, dont Leonarda. C'est aussi le pays de naissance de leur mère. Mais Resat, le seul de la famille à être né au Kosovo, n’avait visiblement pas laissé de bons souvenirs à Fano.

Le maire de cette ville, Stefano Aguzzi, raconte qu'il n'était pas un individu facile, surtout pour ses enfants. Bien qu'inscrits à l'école, ces derniers n'y allaient pratiquement jamais, assure-t-il. Les enfants M. Dibrani, dit-il encore, étaient contraints à la mendicité, ils vivaient dans la rue. Les travailleurs sociaux italiens avaient alors expliqué au père que si la situation perdurait, il risquait de se voir retirer la garde de ses enfants. Un avertissement pris très au sérieux, semble-t-il, car dès cet instant, affirment les travailleurs sociaux italiens, Resat Dibrani avait décidé de venir en France.
 

 

■ Vu du Kosovo : Tristesse et incompréhension à Mitrovica

Avec notre correspondante à Mitrovica, Sophie Guesné

A Mitrovica, là où Leonarda et sa famille ont été installées par les autorités kosovares, l’heure est à la fois à la tristesse et à l’incompréhension. L’expulsion de Leonarda et sa famille sont conformes à la réglementation en vigueur.

C’est au milieu des journalistes que l'adolescente a appris la nouvelle, alors qu’elle se disait quelques secondes plus tôt optimiste et confiait même avoir déjà fait ses valises. Elle accuse le choc : « Ca m’a fait mal », confie-t-elle.

Leonarda Dibrani

Un peu moins d’une heure plus tard, c’est cette fois entourée d’encore plus de journalistes qu’elle écoutera avec sa famille en direct le discours de François Hollande, et que l’incompréhension remplacera la déception.

Pour eux, il est hors de question que Leonarda rentre seule en France : « J’ai appris qu’on voulait me mettre dans une famille d’accueil. Mais ma famille, c’est mon père, ma mère, mes frères. Je n’ai pas besoin d’une autre famille. C’est injuste, car je ne suis pas la seule à aller à l’école », déplore la jeune fille.

Leonarda et sa famille répètent qu’elles rentreront en France, tous ensemble, par tous les moyens. « Un jour ou l’autre, dit-elle, je rentrerai en France et j’aurai les papiers ! Et je n’aurai plus de problème avec la police. »

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.