Accéder au contenu principal
France

France: les contribuables plus nombreux à demander des délais de paiement

Les contribuables français seraient plus nombreux à demander des délais de paiement pour s'acquitter de leurs impôts.
Les contribuables français seraient plus nombreux à demander des délais de paiement pour s'acquitter de leurs impôts. AFP PHOTO/PHILIPPE HUGUEN

Face à la crise, les contribuables français sont de plus en plus nombreux à réclamer des délais de paiements pour s’acquitter de l’impôt sur le revenu, mais aussi de la taxe d'habitation. Les demandes ont progressé de 15 à 20 % selon Le Figaro.

Publicité

Les Français ont de plus en plus de mal à payer leurs impôts. Selon le journal Le Figaro, depuis septembre, ils sont entre 15 et 20 % de plus que l’an dernier à affluer dans les centres d’impôts pour demander un délai de paiement.

Les plus touchés par cette situation sont les chômeurs et les petits commerçants dont les revenus ont chuté. Il y a aussi cette année de nombreux particuliers qui découvrent avec surprise qu’ils sont imposables alors qu’ils ne l’étaient pas.

Le gel des barèmes en cause

Une des raisons à cette situation est le gel des barèmes, qui a mécaniquement rendu imposables des personnes qui étaient sous le seuil d’imposition. Elles vont devoir s’acquitter de la taxe d’habitation, de la redevance audiovisuelle ou de l’impôt foncier.

Les parents isolés et les retraités veufs ont, eux aussi, du mal à payer leurs impôts. C’est à cause du durcissement de l’attribution de la demi-part fiscale, ou même de sa suppression.

15 000 à 20 000 demandes de délais dans chaque département

La seule solution pour ces contribuables est donc de demander un délai de paiement au service des impôts. C’est le cas pour 15 000 à 20 000 d’entre eux dans chaque département. Ils peuvent obtenir un étalement sur trois mois. Les artisans et les petites entreprises sont aussi nombreux à demander des échelonnements.

Mais cette mesure ne résout pas le problème de ceux qui ne peuvent pas payer. D’autant que l’administration a annulé les remises « gracieuses » consenties aux chômeurs ou aux divorcés. C'est-à-dire l’effacement partiel ou total de l’impôt.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.