Accéder au contenu principal
Chine / France

La France dénucléarise, mais vend son savoir-faire à la Chine

Le Premier ministre français Jean-Marc Ayrault (g.) et son homologue chinois Li Keqiang (d.) lors de la cérémonie des 50 ans des relations France-Chine au Palais du peuple à Pékin, le 6 décembre 2013.
Le Premier ministre français Jean-Marc Ayrault (g.) et son homologue chinois Li Keqiang (d.) lors de la cérémonie des 50 ans des relations France-Chine au Palais du peuple à Pékin, le 6 décembre 2013. REUTERS/Mark Ralston/Pool

En France, le nucléaire fait débat. Les écologistes demandent une diminution de la part de la production d'énergie nucléaire. Mais en Chine, Jean-Marc Ayrault et Arnaud Montebourg, ont fait de ce secteur un produit d'exportation prioritaire.

Publicité

Avec notre envoyée spéciale en Chine

Cela fait trente ans que la France et la Chine coopèrent dans le nucléaire civil et pour Arnaud Montebourg, le ministre du Redressement productif, ça n'est qu'un début.

« La Chine est la région du monde où il se construira plus de 100 réacteurs nucléaires, argumente-t-il. Vous savez qu'en France, nous en avons construit 58 en environ 50 ans. La Chine, en peut-être 15 ou 20 ans, en construira le double. La Chine est le lieu où le développement du nucléaire est le plus important au monde. »

 → A (RE)LIRE : La Chine va reprendre la construction de centrales nucléaires

Le nucléaire, c'est une « filière d'avenir », répète Arnaud Montebourg, Jean-Marc Ayrault confirme : « Aujourd'hui, la France dispose d'une vraie filière de compétences, et cette filière a vocation à demeurer, et il n'a jamais été question de l'abandonner. Ce n'est pas un débat qui traverse le gouvernement, c'est un point de vue partagé par tout le gouvernement. »

Et pourtant en France, les écologistes font pression pour diminuer la part du nucléaire dans la production d'énergie. François Hollande a d'ailleurs a pris l'engagement de la faire baisser à 50% d'ici 2025. Un engagement qui n'empêche visiblement pas le gouvernement de jouer la carte du savoir-faire français sur le nucléaire à l'exportation en Chine.

Deux réacteurs préssurisés européens (EPR) sont déjà en construction à Taishan et des négociations sont déjà en cours pour construire une usine de retraitement des déchets, et deux réacteurs EPR supplémentaires.

 → A (RE)LIRE : Jean-Marc Ayrault en Chine : la France veut rattraper son retard

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.