Accéder au contenu principal
France

Européennes: Marine Le Pen demande d'utiliser «l'arme» du vote

En campagne pour les européennes du 25 mai, la présidente du FN,  Marine Le Pen, prononce un discours lors d'un meeting à Marseille, le 20 mai 2014.
En campagne pour les européennes du 25 mai, la présidente du FN, Marine Le Pen, prononce un discours lors d'un meeting à Marseille, le 20 mai 2014. AFP PHOTO / FRANCK PENNANT

La présidente du FN, Marine Le Pen a exhorté, le 20 mai à Marseille, pour son seul meeting commun avec son père, ses électeurs à se rendre aux urnes le 25 mai pour les européennes. Un scrutin qui s'annonce marqué par une poussée des eurosceptiques. Et pour les convaincre de voter pour lui, le Front national, en tête des intention de vote, se présente comme le futur fossoyeur de l'Europe. Les Le Pen, père et fille ont martelé, aussi comme à l'accoutumée, les écueils de l'immigration massive et de l'insécurité.

Publicité

Face à une nuée de drapeaux tricolores, sur scène deux générations de Le Pen. Père et fille décrivant une même vision de l’Europe, celle d’une « poudrière ». Jean-Marie Le Pen déclare : « Il y a des centaines de dépôts d’armes, des milliers de combattants possibles et formés, dont beaucoup d’ailleurs en Syrie. Ils reviennent pour se tenir prêts le jour venu, à lancer contre nous l’assaut décisif ».

Une Europe devenue, selon le candidat, terre d’immigration massive. Jean-Marie Le Pen qui craint tout simplement « un remplacement des populations françaises » : « Ici 1,4 enfant par femme, là 3,7 en pays musulman, 5,8 en Afrique. Cette immigration pèse d’un poids écrasant sur notre économie et notre société ».

→A (RE)LIRE: Européennes: à Evry, Manuel Valls attaque l’extrême droite de front

Et face à une Europe jugée intrusive, Marine Le Pen demande à ses troupes d’utiliser l’arme du vote : « Il est temps de les appeler, les abstentionnistes sont l’armée de réserve de la France libre. Qu’ils viennent nous rejoindre pour défendre notre bien le plus précieux, notre pays ».

→A (RE)LIRE: Elections européennes: face au FN, le PS veut limiter les dégâts 

Marine Le Pen qui a déclaré son intention de se défaire dimanche du « monstre froid » européen.


La nouvelle saillie de Jean-Marie Le Pen

Retour aux fondamentaux dans la famille Le Pen et aux obsessions de ses dirigeants : l'étranger, l'immigré. A plus forte raison s'il est musulman. Décrit comme un envahisseur, c'est la théorie désormais très en vogue dans tous les milieux d'extrême droite sur « le grand remplacement » de la population française.

Alors, Jean-Marie Le Pen a une solution, le virus Ebola. « Monseigneur Ebola peut régler tout ça en trois mois », a-t-il lâché le mardi 20 mai au soir en marge d'un meeting du FN à Marseille. Entre rires gras et provocation, Jean-Marie Le Pen est fidèle à une certaine idée du débat politique. Il y a quelques mois, il a encore été condamné à 5 000 euros d'amende pour des propos sur les roms.

Un discours, officiellement, qui brouille, la stratégie de « recentrage » entreprise par Marine Le Pen. Sauf que la fille sait bien, quand il le faut, marcher dans les pas de son père. (elle avait, par exemple, stigmatisé les barbes que portaient les otages français de retour du Niger). Et à quelques jours des européennes, alors que le discours sur la sortie de l'euro n'est pas populaire, l'immigration reste, au Front national, une valeur sûre.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.