Accéder au contenu principal
France / Justice

Crash du Rio-Paris: cinq ans après, le duel judiciaire continue

Des débris de l'avion A330 sont repêchés de l'océan Atlantique et ramené à Recife, en juin 2009.
Des débris de l'avion A330 sont repêchés de l'océan Atlantique et ramené à Recife, en juin 2009. Reuters/JC Imagem/Alexandre Severo

l y a cinq ans jour pour jour, le vol AF447 qui reliait Rio à Paris s'abimait dans l'océan Atlantique, au large du Brésil. L'accident avait coûté la vie aux 228 passagers et membres d'équipage présents dans l'appareil. Cinq ans après, l'enquête judiciaire se poursuit. Plusieurs rapports ont été publiés : Apres celui du Bureau enquêtes et analyses (BEA) il y a deux ans, une contre-expertise judiciaire a été rendue publique.

Publicité

La catastrophe aérienne du vol Rio-Paris, le 1er juin 2009, aurait pu être évitée par quelques manoeuvres appropriées. C'est la conclusion de l'expertise commandée par le constructeur Airbus et rendue publique le 13 mai dernier.

Selon les experts, le principal facteur de l'accident est donc lié à l'équipage. Ils mettent également en cause la compagnie aérienne pour « absences de directives claires » et « insuffisance de la formation des pilotes ».

La compagnie aérienne Air France conteste, demande l'annulation de ce rapport et dénonce une « présentation partiale et tronquée des causes de l'accident ».

Enjeu financier colossal

Pourtant, il y a deux ans, le BEA était arrivé aux mêmes conclusions dans son rapport. Erreur humaine face à une défaillance technique : pour les experts du BEA, les pilotes auraient dû savoir réagir.

L'enjeu financier est colossal. Air France et Airbus sont tous les deux mis en examen pour homicide involontaire. La justice doit déterminer qui du constructeur ou de la compagnie aérienne devra verser des réparations aux familles des 228 victimes, ainsi que le montant des dommages et intérêts.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.