Accéder au contenu principal
France

Un an après le déraillement de Brétigny, la colère des passagers

Brétigny-sur-Orge station after the fatal accident
Brétigny-sur-Orge station after the fatal accident SNCF

Commémoration ce samedi de l'accident du train Paris-Limoges. Il y a un an, le drame avait fait sept morts et des dizaines de blessés. Le ministre des Transports, Frédéric Cuvillier, doit se rendre en début d'après-midi en gare de Brétigny-sur-Orge, le lieu du déraillement du train.

Publicité

Céline était dans la voiture numéro 4 du train Paris-Limoges, celle qui s'est couchée par terre pendant le déraillement. Un an après, cette femme de 38 ans est en colère : « J'en veux à la SNCF, j'en veux à Réseaux ferrés de France, ça fait un an que ça dure, explique-t-elle. On a le rapport que maintenant. Mais pour qu'on puisse tourner la page à un moment ou à un autre, il va falloir un procès. Il ne s'agit pas de désigner un coupable mais de nous dire ce qui s'est passé. Et qu'on y remédie. »

Après l'accident, 145 personnes ont reçu une proposition d'indemnisation de la SNCF, dont une trentaine a accepté. « Le comité mis en place par le ministère des Transports va se poursuivre, explique Stéphane Gicquel, secrétaire général de la Fédération nationale des victimes d'accidents collectifs. Il y a 177 personnes qui ont déclaré un préjudice corporel, blessure physique ou traumatisme psychologique. Ces personnes continuent à passer en expertise, avec des propositions. Ces personnes gardent la possibilité de saisir un tribunal, à tout moment. »

Même si les victimes refusent l'offre de la SNCF, elles recevront automatiquement 80% de la somme proposée, avec la possibilité, toujours, d'aller devant les tribunaux pour demander davantage.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.