Accéder au contenu principal
Football

La France déroule en Arménie

André-Pierre Gignac a été l'un des grands animateurs de la France face à l'Arménie.
André-Pierre Gignac a été l'un des grands animateurs de la France face à l'Arménie. FRANCK FIFE / AFP

Dans un match amical qui a essentiellement servi à faire tourner ses joueurs, la France s’est imposée logiquement face à l’Arménie, à Erevan (3-0). Les buts français ont été inscrits par Loïc Rémy, en première mi-temps, et par André-Pierre Gignac, sur penalty, et Antoine Griezmann, en seconde période.

Publicité

Il y a, en football, deux types de matchs amicaux. Les premiers enflamment l’imagination en opposant deux grandes équipes dans une confrontation digne d’une compétition mondiale. Les seconds servent à faire tourner les effectifs dans des oppositions parfois exotiques et souvent déséquilibrées.

Le match Arménie-France du 14 octobre 2014 fait incontestablement partie de la deuxième catégorie. D’un côté, Didier Deschamps a titularisé huit joueurs absents du onze de départ contre le Portugal, quatre jours plus tôt. De l’autre, une Arménie fatiguée de sa dernière sortie contre la Serbie a tenté en vain de rivaliser techniquement et physiquement face au quart-de-finaliste du dernier Mondial.

Soucieuse de plaire aux quelque 10.000 spectateurs qui garnissent – à peine – le Stade de la République d’Erevan, l’Arménie entame le match sans complexes. Dès les premières minutes, les joueurs au maillot rouge tirent au but, obtiennent un coup franc dangereux, enflamment le match.

Mais leur pressing haut va leur jouer un vilain tour. A la 8e minute, Gignac hérite du ballon à l’entrée de la surface adverse sur une superbe ouverture de Mathieu et manque son tir. Trop croisée, sa balle parvient à Loïc Rémy, à l’affût aux six-mètres, qui n’a plus qu’à pousser le ballon dans la cage arménienne (1-0). Dans la foulée, Pizzelli, le Brésilien de l’équipe d’Arménie et ancien joueur d’Issy-les-Moulineaux en CFA2, oblige Mandanda à un beau plongeon sur une demi-volée en pivot. Cela pour dire que la partie n’est pas alors à sens unique, loin s’en faut.

Mais au bout d’un quart d’heure, la machine bleue qui fait tant d’étincelles depuis quelques mois est bien chaude. Son milieu ratisse tous les ballons et les attaques se déploient régulièrement côté gauche, où Loïc Rémy fait preuve d’une belle activité.

Pogba, monsieur Plus

Si Pizzelli met à nouveau le feu dans la défense centrale française (18e), c’est Rémy, un peu suffisant, qui trouve le poteau du gardien arménien Berezovsky. En fin de mi-temps, le 2-0 est cette fois au bout du pied de Gignac, qui se retourne et frappe comme une mule un ballon finalement contré avec autorité par Berezovsky (39e).

« Peut mieux faire », jugera Didier Deschamps, le sélectionneur français, à la mi-temps, regrettant certainement la fébrilité défensive des Bleus. Dès l’entame de la second période, Mandanda doit d’ailleurs s’employer pour repousser en deux temps un tir violent de Karlen Martchyan, plein axe.

L’entrée de Paul Pogba va changer la donne. Car si ce match a pour but de faire tourner l’effectif, Deschamps réincorpore peu à peu les ingrédients du succès. A la 55e, Pogba se joue de trois défenseurs arméniens comme un gamin surdoué dans une cour d’école écœure ses camarades, à coups de roulettes et de crochets. Le pied d’un adversaire traîne, Pogba se retrouve à terre. Penalty ! Gignac se précipite avec gourmandise sur le ballon et transforme l’essai (2-0).

Et alors que les Arméniens, cuits au point d’en devenir insipides, ne sont plus en état de contester la victoire française, Antoine Griezmann s’en va, sur un service de Gignac, à la limite du hors-jeu et bat Kasparov, qui a pris la place de Berezovsky dans la cage arménienne (3-0, 85e).

Il n’y avait pas grand-chose à attendre de ce match amical, si ce n’est du temps de jeu pour certains et une confiance accrue pour l’équipe de France. Ce voyage de 7.000 kilomètres aller-retour aura au moins rempli ces deux objectifs.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.