Accéder au contenu principal
France / Recherche

Des milliers de chercheurs manifestent pour réclamer plus de moyens

Le mouvement « Sciences en marche » demande la création de 30000 emplois en dix an,s et davantage de moyens.
Le mouvement « Sciences en marche » demande la création de 30000 emplois en dix an,s et davantage de moyens. Getty Images/ ERproductions Ltd

Plusieurs milliers de chercheurs - 8000 selon les organisateurs - ont manifesté vendredi 17 octobre dans les rues de Paris, à l'initiative du mouvement « Sciences en marche ». Ce collectif est parti de Montpellier il y a trois semaines pour un périple à vélo à travers la France. Ils sont arrivés hier vendredi dans les rues de la capitale, rejoints par d'autres chercheurs. Ils dénoncent la « crise profonde » que traverse le secteur de l'enseignement supérieur et de la recherche en France.

Publicité

Certains chercheurs ont manifesté à vélo, d'autres, comme David Boucher, ont préféré se joindre au cortège à pied. Pour ce directeur d'un laboratoire de biologie à l'Institut national de la recherche agronomique de Versailles, « il y a beaucoup d'activités de recherche qui coûtent cher, et pour lesquels il faut des moyens que l'on a pas actuellement, du fait des restrictions sur nos budgets récurrents et sur le budget de l'agence nationale de la recherche ».

« Recherche en colère », « Stop à la galère », « Contre la précarisation dans la recherche », autant de messages peints sur les banderolles. « Le mot précarité aujourd'hui pour un post-doctorant à Paris, qui va gagner 1500 ou 1600 euros par mois, ce n'est vraiment pas un mot fort, c'est une réalité. », a déclaré à RFI Pierre Guillard, 33 ans, chercheur à l'Institut d'astrophysique de Paris.

Précarité

Gregory Pachini, lui, refuse d'affronter cette précarité. Il sait que sa thèse sur le virus du sida ne lui permettra pas de trouver un emploi.

« Je suis passionné par la recherche, mon amour de la science est inaltéré, mais ce n'est plus possible avec ma thèse qui n'ouvre pas les portes qui me permettront de pouvoir prétendre au concours [à la fonction de maître de conférence ndlr]. Donc je vais me retrouver à 35 ans sans pouvoir rien faire et je vais être obligé de repenser ma carrière à la fin de mon doctorat. »

« Les budgets diminuent, on a plus du tout de postes pour les jeunes »

Avec cette manifestation, le mouvement « Sciences en marche » espère interpeller le gouvernement et obtenir 30 000 emplois supplémentaires en dix ans.

Par ailleurs, « Sciences en marche » réclame une réforme du Crédit Impôt Recherche, afin de financer une augmentation des budgets de fonctionnement des universités et des organismes de recherche.

« Demander davantage d’argent à l’Etat ne me paraît pas réaliste dans la conjoncture actuelle », a répondu Geneviève Fioraso. La secrétaire d'Etat chargée de l'Enseignement supérieur et de la Recherche a par ailleurs estimé que les instituts de recherche devaient « donner la priorité à l’embauche des jeunes docteurs (...) plutôt qu’aux fins de carrière ».

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.