Accéder au contenu principal
France / groupe Etat islamique

Un deuxième Français identifié en Syrie au sein de l'EI?

Capture d'écran d'une vidéo publiée dimanche 16 novembre par le groupe EI. Cette homme pourrait être le Français Michaël dos Santos, mais l'identification n'est pas confirmée.
Capture d'écran d'une vidéo publiée dimanche 16 novembre par le groupe EI. Cette homme pourrait être le Français Michaël dos Santos, mais l'identification n'est pas confirmée. Reproduction de vidéo

Y avait-il un deuxième Français sur la vidéo d’une scène de décapitation collective publiée dimanche 16 novembre par l'organisation Etat islamique ? Cet homme, qui exécuterait l'un des 18 soldats syriens dans la vidéo, est selon le président Hollande « en voie d'être formellement identifié ». Le procureur de Paris évoque, lui, de « fortes présomptions ». Il pourrait s'agir d'un certain Michaël dos Santos, un homme au profil assez semblable à celui de Maxime Hauchard, le premier français identifié sur cette vidéo.

Publicité

Les deux hommes ont le même âge : 22 ans. Tous deux sont issus de familles non musulmanes. Converti et radicalisé, à la grande surprise de son entourage, Michaël dos Santos a changé de nom et se fait désormais appeler Abou Othman. Dans la vidéo, l'homme que l'on suppose être le Français porte le même treillis militaire que Maxime Hauchard, et a une barbe tout aussi étoffée. Si l'un vient de Normandie et l'autre de la banlieue parisienne, les deux hommes se ressemblent aujourd'hui. Cela fait plus d'un an que Michaël dos Santos se trouve aussi en Syrie. Il est parti en août 2013, d'après le procureur de Paris, le même mois donc que Maxime Hauchard.

Michaël dos Santos ne serait pas parti seul combattre en Syrie

Autre similitude entre les deux hommes : tous deux font l'objet d'un mandat d'arrêt. Michaël dos Santos a été identifié quelques semaines après son départ alors que la justice enquêtait sur une filière d'envoi de jihadistes en Syrie. Car il ne serait pas parti seul et des membres de son entourage se trouveraient encore à ses côtés dans le nord du pays. C'est ce que croient savoir les services de renseignement français qui surveillent Abou Othman. Ils ont notamment trouvé des images de lui, qu'ils qualifient de « choquantes » ; des photos et vidéos publiées notamment sur les réseaux sociaux, des moyens de communication que Michaël dos Santos affectionne, là encore comme Abou Abdallah al Faransi, alias Maxime Hauchard.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.