Accéder au contenu principal
France

Reconnaissance d'un Etat palestinien: les députés français divisés

Le 28 novembre prochain, les députés français voteront pour ou contre la reconnaissance de l'Etat palestinien.
Le 28 novembre prochain, les députés français voteront pour ou contre la reconnaissance de l'Etat palestinien. REUTERS/Charles Platiau

Faut-il reconnaître un Etat palestinien ? En France, le groupe socialiste devait se prononcer, ce mercredi 19 novembre, et déposer dans la foulée sa proposition de résolution visant à reconnaître la Palestine en tant qu'Etat. Cette résolution, qui sera soumise au vote de l’Assemblée nationale le 28 novembre prochain, divise les députés français.

Publicité

La proposition de résolution visant à reconnaître un État palestinien fait débat dans l’hémicycle français. Dans les rangs du Parti socialiste, à l’origine du texte, le député de Seine-et-Marne, Olivier Faure, voit dans cette reconnaissance d’un Etat palestinien un espoir vers une paix durable. « C’est justement parce que l’escalade de la violence est sans fin entre Israël et Palestine, qu’il est nécessaire aujourd’hui de faire avancer la cause de la paix », explique le vice-président du groupe socialiste à l’Assemblée nationale. « Plutôt que de se réfugier derrière des événements tragiques, il vaut mieux faire comprendre à chacune des parties qu’il n’existe pas de paix durable et pas de paix possible tout court, sans faire la paix justement, entre ennemis. Et ça suppose à la fois la sécurité pour Israël et la reconnaissance d’un Etat palestinien qui soit viable. »

Une opinion que ne partage pas l’opposition. Dans les rangs de l’UMP, le député des Alpes-Maritime Christian Estrosi se dresse vent debout contre une telle reconnaissance. « Cette résolution pour la création d’un État palestinien se retournerait contre les Palestiniens eux-mêmes, parce que c’est soutenir le Hamas, qui est un mouvement terroriste, allié du jihadisme », lâche le maire de Nice, pour qui Israël reste un rempart contre le terrorisme. Pour Christian Estrosi, « on s’est attaqué, en Israël, à un lieu sacré, avec la lâcheté et la barbarie si honteuses à l’égard d’hommes, de femmes, d’enfants. C’est la démonstration en tout cas, que nous devons être tous du côté d’Israël. » Si les députés votent en faveur de ce texte à portée hautement symbolique, lors du vote le 28 novembre prochain à l'Assemblée nationale, la France deviendra le neuvième pays européen à reconnaître officiellement la Palestine.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.