Accéder au contenu principal
France

Jihadistes français en Irak et en Syrie: 20 à 25% sont des «convertis»

Mickaël dos Santos, le deuxième jihadiste français identifié sur une vidéo est aussi un converti de 22 ans, originaire de Champigny-sur-Marne, en banlieue parisienne.
Mickaël dos Santos, le deuxième jihadiste français identifié sur une vidéo est aussi un converti de 22 ans, originaire de Champigny-sur-Marne, en banlieue parisienne. REUTERS/Charles Platiau

Leurs visages s'affichent à la Une de tous les médias de France depuis quelques jours. Maxime Hauchard et Mickaël dos Santos ont été identifiés dans la dernière vidéo de l'organisation Etat islamique. Deux jeunes au parcours assez semblable : tous deux ont 22 ans, sont partis le même mois en Syrie et sont issus de familles non musulmanes. Un profil de plus en plus recherché par les organisations terroristes. Les « convertis » représentent aujourd'hui entre 20 et 25% des Français engagés en Syrie et en Irak.

Publicité

Mohamed Merah ou Mehdi Nemmouche sont des profils plus habituels des groupes jihadistes : des jeunes hommes originaires de milieu urbain ou périurbain, nés dans des familles issues de l'immigration.

Mais si le phénomène a pris une « ampleur inédite », selon le procureur de Paris, c'est aussi parce que le recrutement s'est élargi aux femmes, aux ruraux et aux non musulmans devenus même une cible prioritaire, selon l'anthropologue Dounia Bouzar qui vient de consacrer un livre aux jeunes filles recrutées essentiellement par la branche syrienne d'al-Qaïda :

« Al-Nosra francophone s’attaque prioritairement aux filles qui ne sont pas de référence musulmane en disant clairement qu’il veut des cerveaux vierges de tout islam corrompu par l’Occident, souligne Dounia Bouzar. C’est beaucoup plus facile pour lui de faire une manipulation à la fois de l’islam, de l’humanitaire, de leur faire perdre leurs repères, de leur faire oublier leurs contours identitaires, oublier leur histoire de façon à les mettre dans un nouveau mythe ».

Un mythe d'appartenir au groupe des « véridiques ». C'est ainsi qu'ils se définissent, le qualificatif justifiant le fait de tuer d'autres musulmans.

La mère, avant qu'il ne parte en Syrie, était allée voir la police pour lui signifier qu'il avait basculé dans le radicalisme islamique.

Custodio Ferreira

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.