Accéder au contenu principal
France

L'armée française commande 12 avions de ravitaillement

Le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian a précisé que le contrat sera notifié dans les premiers jours de décembre.
Le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian a précisé que le contrat sera notifié dans les premiers jours de décembre. REUTERS/Thierry Gouegnon

Le ministère de la Défense a officialisé jeudi 20 novembre la commande par l'armée française de douze avions de ravitaillement en vol A330 Multi Role Tanker Transport (MRTT) d'Airbus, dans le cadre d'un contrat d'environ trois milliards d'euros. Le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian a précisé que le contrat sera notifié dans les premiers jours de décembre. L'arrivée des Airbus ravitailleurs est attendue avec impatience par les aviateurs français qui utilisent aujourd'hui des ravitailleurs vieux d'un demi-siècle.

Publicité

Ces « citernes volantes » constituent un outil essentiel pour les déploiements de l'armée de l'air française en Afrique et au Moyen-Orient. L'appareil dérivé de l'avion civil A330 a été baptisé « Phénix », « un nom d'oiseau mythique pour un avion aux performances remarquables », dit-on à la Défense.

Mais au-delà de l'effet d'annonce, l'armée de l'air attend ces avions depuis trop longtemps. Ces ravitailleurs actuels, les Boeing KC-135, sont en service depuis 50 ans. Ils avaient été achetés du temps du général de Gaulle pour constituer avec les bombardiers Mirage IV la force de frappe nucléaire française.

Depuis, les « citernes volantes » ont participé à tous les engagements extérieurs de la France, apportant l'allonge nécessaire aux chasseurs pour mener leurs missions. Mais aujourd'hui, confie à RFI une source militaire, « nous n'avons plus que quatre avions disponibles chaque jour sur une flotte d'une douzaine d'appareils au départ, un ravitailleur en permanence en Afrique et un autre au Proche-Orient  ». Micro-fissures, fuites sur les réservoirs de carburant, les KC 135 sont à bout de souffle, souvent cloués au sol, en réparation.

Alors bien sûr la commande des nouveaux Airbus est une bonne nouvelle pour les militaires français, mais les deux premiers Phénix n'entreront pas en service avant 2018. D'ici là, il faudra compter sur les alliés de la France, comme les États-Unis. « Pendant quatre ans, on va encore coller des rustines sur nos avions », conclut un aviateur français.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.