Accéder au contenu principal
France

Les Restos du cœur lancent leur 30e campagne hivernale

La 30e campagne hivernale des Restos du cœur a démarré ce lundi dans un centre de distribution parisien en présence du premier ministre Manuel Valls.
La 30e campagne hivernale des Restos du cœur a démarré ce lundi dans un centre de distribution parisien en présence du premier ministre Manuel Valls. REUTERS/Eric Gaillard

En créant les Restos du coeur en 1984, Coluche ne pensait certainement pas que trois décennies plus tard, ils existeraient toujours, et pire, auraient de plus en plus de travail. Comme tous les ans, les 2 090 centres des Restos ouvrent leurs portes pour la campagne hivernale et la distribution de denrées aux personnes en difficulté.

Publicité

Boîtes de conserves, lait, pâtes, yaourts, fruits et légumes. Comme chaque année, les 2 090 centres des Restos du cœur ouvrent un peu partout en France jusqu’en mars pour distribuer des produits alimentaires aux personnes en difficulté. Les 67 000 bénévoles de l’association sont déjà à l’œuvre, mais la campagne 2014 débute sous de mauvais auspices.

Selon Olivier Berthe, président des Restos du cœur, le constat est dramatique. Le nombre de personnes accueillies ne cesse d’augmenter. L’an dernier, elles étaient un million et tout porte à croire que ce triste record pourrait être battu cette année. Les chiffres de la dernière étude de l’INSEE sont alarmants : entre 2008 et 2013, le nombre des chômeurs de longue durée a augmenté de 56 %. Cela fait autant de personnes qui ne pourraient tout simplement pas survivre sans aide des associations humanitaires. Parmi les démunis qui s’adressent aux Restos du cœur, il y a aussi de plus en plus d’étudiants, de jeunes sans ressources, de retraités et de femmes qui élèvent seules leurs enfants.

A la recherche de nouvelles ressources

Le budget des Restos du cœur s’élève à 186 millions d’euros. La moitié de cette somme provient des dons et des legs. Mais la générosité des donateurs, même si elle est toujours au rendez-vous, ne permet plus de faire face aux besoins qui augmentent. Il faut des ressources complémentaires. Pourquoi pas des dons en nature ? L’an dernier, l’association a obtenu du gouvernement que la loi dite « loi Coluche » sur les exonérations fiscales soit étendue aux dons de produits laitiers. Ainsi, 850 000 litres de lait ont pu être récoltés et offerts aux nécessiteux. Ce système de déductions fiscales pourrait être élargi à d’autres filières agricoles, en particulier aux filières viandes, fruits et légumes.

Lors de sa visite qu’il a rendue ce 24 novembre aux Restos du cœur à l’occasion du 30e anniversaire de l’association, le Premier ministre Manuel Valls s’est engagé au nom du gouvernement à lancer des réunions de travail pour étudier la question. Il a aussi appelé à un véritable « sursaut pour la justice, contre les inégalités, pour une meilleure répartition des richesses ». « C’est l’engagement que je prends devant vous », a-t-il déclaré. Les Restos du cœur promettent de le tenir au mot…

Cette mobilisation est indispensable. Chacun dans cette société très riche doit y participer.

Manuel Valls, Premier ministre français

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.