Accéder au contenu principal
France

France: l'ancien ministre centriste Jacques Barrot est mort

Jacques Barrot, en 2008.
Jacques Barrot, en 2008. AFP / JOHANNA LEGUERRE

L'ancien ministre et ancien maire d'Yssingeaux Jacques Barrot est décédé subitement dans le métro parisien ce mercredi 3 décembre. Il avait 77 ans et une longue carrière politique derrière lui.

Publicité

Une minute de silence a été respectée à l'Assemblée nationale ce mercredi 3 décembre en l'honneur de Jacques Barrot et de sa carrière politique. Européen convaincu, il a été vice-président de la Commission européenne et était une figure de la démocratie chrétienne. « C'était un homme de conviction, qui a incarné les valeurs de dialogue, d'ouverture, d'humanisme de la démocratie chrétienne. C'était également un grand militant de l'Europe », a salué dans un communiqué le Premier ministre Manuel Valls.

La politique est une histoire de famille : son père était député MRP (Mouvement républicain populaire), l’ancêtre des centristes. Il reprendra le flambeau à sa mort en 1967. Jacques Barrot conservera ce siège en Haute-Loire jusqu’à son départ à Bruxelles en 2004. Valéry Giscard d'Estaing lui donnera son premier poste gouvernemental au secrétariat d’Etat au logement en 1974. Il lancera ainsi le tout premier plan de rénovation de l’habitat social.

Ce centriste de toujours sera aussi un soutien de Jacques Chirac qui le nommera ministre du Travail et des Affaires sociales entre 1995 et 1997. Jacques Barrot a défendu à ce titre le très contesté plan Juppé pour les retraites qui avait valu de grandes grèves et la quasi paralysie du pays en 1995. Jacques Barrot siégeait depuis 2010 au Conseil constitutionnel.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.