Accéder au contenu principal
France/Retraites

France: une phrase de Rebsamen sur les retraites met le feu aux poudres

Le ministre du Travail François Rebsamen (d.), aux côtés d'Emmanuel Macron, ministre de l'Economie (g.), à l'Assemblée nationale, le 9 décembre 2014
Le ministre du Travail François Rebsamen (d.), aux côtés d'Emmanuel Macron, ministre de l'Economie (g.), à l'Assemblée nationale, le 9 décembre 2014 REUTERS/Charles Platiau

En France, une nouvelle réforme des retraites serait-elle en préparation ? Non, assure-t-on au gouvernement. Toujours est-il que François Rebsamen, le ministre du Travail, a semé le trouble mardi en annonçant que le gouvernement allongerait, si nécessaire, la durée de cotisation pour une retraite à taux plein.

Publicité

La mesure n'est en fait pas à l'ordre du jour. « Rien d'autre » n'est prévu que la réforme appliquée depuis janvier, a tenté de rassurer la ministre des Affaires sociales, Marisol Touraine. Mais à l’Assemblée nationale, sitôt la petite phrase sortie, les réactions ne se sont pas fait attendre.

Une nouvelle réforme des retraites, avec à la clé un allongement de la durée de cotisations serait-elle en préparation ? Aussitôt, la droite s’engouffre dans la brèche, en applaudissant un tel projet. « Si le gouvernement pouvait pour une fois être lucide et pour une fois entamer une démarche courageuse, estime ainsi le député UMP Daniel Fasquelle, je ne peux évidemment que m’en féliciter. »

« Les Français n’ont pas à s’inquiéter »

Mais la majorité ne tarde pas à réagir. Une telle réforme n'est pas à l'ordre du jour. Bruno Le Roux, le président du groupe socialiste, vient en personne recadrer les choses : « Les Français n’ont pas à s’inquiéter, il n’y a pas d’augmentation de la durée des cotisations de prévue. »

Quelques minutes plus tard, c’est au tour du ministre du Travail, François Rebsamen de venir en personne pour tenter d’éteindre le début de polémique. « La loi qui a été votée prévoit un allongement de la durée de cotisations jusqu’à 43 ans, à l’horizon 2035, pour la génération qui est née en 1973. C’est tout, rien de nouveau. »

Christian Paul, le député socialiste frondeur, tente alors de comprendre cette étrange séquence, évoquant une possible « une maladresse ».

Maladresse ou ballon d'essai ? Le problème, c’est que François Rebsamen n’en est pas à son premier couac.


Thierry Mandon : « pour les retraites de base, il n'y a pas de problème »

Le secrétaire d'Etat à la simplification, Thierry Mandon, invité de Mardi politique sur RFI, se montre lui aussi rassurant, mais explique qu'il faut prendre conscience des nouvelles réalités qui mettent le système des retraites en difficulté.

Secrétaire d'Etat  auprès du Premier ministre, chargé de la Réforme de l'Etat et à la Simplification.
Secrétaire d'Etat auprès du Premier ministre, chargé de la Réforme de l'Etat et à la Simplification. RFI

« Ce rapport de la Cour des comptes est ambigu, parce qu’il y a une partie qui dit : pour les retraites de base, il n’y a pas de problème. Au contraire, même, la réforme qui a été faite il y a deux ans rapporte plus que ce que l’on pensait, et donc en 2030, le système devrait être équilibré. Le problème demeure pour les retraites complémentaires. Donc ça, maintenant, on connaît ce problème. Il n’y a pas besoin de paniquer. On est sur des horizons 2025-2030.

Il y a une réalité sur laquelle il faut tout de même ouvrir les yeux, c’est que le PIB, depuis 20 ans dans ce pays, augmente de 1% par an et par tête d’habitant. C’est-à-dire que nous vivons tous sur l’illusion du retour de la croissance, alors que ça fait longtemps que de la croissance, il n’y en a plus, et très probablement, il faut apprendre à penser la réalité à partir d’une nouvelle conception de la croissance, qui sera durablement restreinte. »

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.