Accéder au contenu principal
France

Série d'attaques en France: Manuel Valls renforce le plan Vigipirate

Le Premier ministre Manuel Valls a annoncé un renforcement du plan Vigipirate, ici à l'Assemblée nationale en octobre 2014.
Le Premier ministre Manuel Valls a annoncé un renforcement du plan Vigipirate, ici à l'Assemblée nationale en octobre 2014. AFP/ERIC FEFERBERG

Le Premier ministre Manuel Valls a annoncé ce mardi 23 décembre le déploiement de 200 à 300 militaires supplémentaires. Le gouvernement affiche sa mobilisation après les événements de Joué-lès-Tours, Dijon et Nantes. François Hollande a d'aileurs annoncé le décès d'une des victimes de l'attaque lancée contre le marché de Noël de Nantes. Manuel Valls affirme que ces attaques n'ont pas de liens entre elles  mais qu'elles ne doivent pas être «minimisées».

Publicité

« Depuis la semaine dernière le plan Vigipirate est activé de manière renforcée pour la période des fêtes de fin d’année. Le nombre de patrouilles Vigipirate sera augmenté pendant toute cette période, 200 à 300 militaires supplémentaires », a annoncé Manuel Valls à l’issue d’une réunion d’urgence des ministres concernés ce matin pour tenter de rassurer ses compatriotes, gagnés par l'inquiétude après trois attaques en trois jours, dont une liée à l'islamisme radical. « Nous voulons protéger et rassurer les Français et leur dire que tous les services de l'Etat sont mobilisés », a ajouté le Premier ministre.

L’attaque de Nantes fait une victime

François Hollande a annoncé la mort d'une des victimes de l'attaque de Nantes, en marge de son déplacement à Saint-Pierre-et-Miquelon. Un décès également confirmé par la procureur de Nantes, Brigitte Lamy. Mais le chef de l’Etat veut éviter toute panique : « Nous sommes pleinement dans l’action et en même temps nous voulons montrer que la vie continue, les Français doivent aller faire leurs courses de Noël, sans appréhension même si la vigilance doit être là, c’est pourquoi nous avons renforcé un certain nombre de moyens ». Mais pour rassurer, le président réaffirme sa détermination : « Nous sommes déterminés, nous sommes vigilants, nous sommes également en action dans la lutte contre le fanatisme et le terrorisme même si tous ces événements de ces derniers jours ne peuvent pas se rapporter à cette seule cause. »

Des attaques sans liens

Manuel Valls et François Hollande insistent sur le fait que chacun de ces événements n'ont pas de liens entre eux. Lors d'un point presse cet après-midi la procureur de Nantes a affirmé que l'automobiliste n'a tenu « aucun propos à connotation religieuse » et n'avait apparemment pas d'antécédents psychiatriques, mais que son comportement était devenu « instable » depuis plusieurs mois. Seule l'attaque de policiers à Joué-lès-Tours peut être assimilée à un acte terroriste selon le chef de l'Etat.

→ A (RE)LIRE : La réelle menace jihadiste en France

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.